Le roman du XIXe siècle à nos jours

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Le roman et ses personnages : visions de l'homme et du monde
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Le roman du XIXe siècle à nos jours

FB_Bac_98608_Fra1_TT_015

15

45

3

Le XIXe siècle – romantique, réaliste ou naturaliste – est celui du roman. Le XXe siècle tente de saper le roman dans ses bases : l’intrigue et le personnage romanesque.

1Le roman au XIXe siècle

ALe roman romantique

 Il met souvent en scène un héros en conflit avec la société, ou qui s’en exclut par l’exil (René de Chateaubriand) ou par un caractère hors du commun (Corinne de Mme de Staël).

 Il peut être historique : les troubles de 1789, les campagnes de Napoléon 1er, le retour mouvementé de la monarchie fournissent une riche matière. Les Misérables de Victor Hugo lui donne une dimension sociale.

 Il peut aussi plonger dans l’histoire plus ancienne (Ivanhoé de Walter Scott, traduit en 1820, influence fortement le roman français), ou dans le fantastique ; c’est la mode des romans gothiques.

BLe roman réaliste

 Il observe en profondeur la société. Balzac et Stendhal sont considérés comme ses précurseurs.

 Dans La Comédie humaine, Balzac décrit la société de son temps en créant des personnages représentatifs de tous les milieux. Ceux de Stendhal sont pris dans l’Histoire ; ceux de Flaubert appartiennent à la bourgeoisie provinciale ou au monde parisien de la presse.

CLe roman naturaliste

 Il se veut le compte rendu documenté de la réalité sociale.

 Le personnage, sous l’œil scientifique du romancier, devient le cobaye d’une expérimentation qui vise à montrer que l’homme est déterminé par son contexte et son hérédité.

 Dans leur grandeur et leur misère, dans leurs combats contre un destin moderne, les personnages des Rougon-Macquart de Zola rejoignent les héros de l’Antiquité.

DLe roman d’apprentissage

À travers leur destinée individuelle, les personnages de Stendhal (Sorel), de Balzac (Rastignac), de Flaubert (Moreau) et de Maupassant (Bel-Ami) s’adaptent ou non à la société de leur temps.

2Le roman au XXe siècle

AMarcel Proust et la vision subjective

Dans À la Recherche du temps perdu, le personnage et son destin cèdent la place à un « je » intériorisé. La représentation minutieuse du monde et du mondain sert l’analyse d’une conscience.

BL’écriture de la guerre et les anti-héros

 Les romans prenant pour thème les deux guerres mondiales révèlent un homme englué dans des événements qu’il ne maîtrise pas et contre lesquels il s’insurge (Céline, Voyage au bout de la nuit).

 L’homme dans toute sa détresse et le héros démythifié se rejoignent dans les personnages clochardisés de Beckett (Molloy), incapables d’action dans un monde dénué de sens.

CLe Nouveau roman

 Dans les années 1950-1970, certains écrivains remettent en cause les codes du roman. Sarraute refuse l’effet « trompe-l’œil » qui, sous prétexte de vouloir rendre le réel, détourne le lecteur de la « vérité profonde » de l’être.

 Les auteurs du Nouveau roman cherchent à déconstruire le personnage : il n’a souvent pas de nom, ou juste une initiale.

 Les descriptions sont si détaillées qu’elles en deviennent autonomes et déréalisent toute intrigue.

3Le roman aujourd’hui

Personnage et intrigue reviennent. Les auteurs jouent souvent sur les limites entre les genres. L’autofiction, hybride d’autobiographie et de roman, utilise la fiction pour accéder à la connaissance de soi.

Conclure

Les visions du monde exprimées dans les romans sont tributaires de l’Histoire. Cependant certaines formes se retrouvent de siècle en siècle. Ainsi l’anti-roman, qui questionne les conventions romanesques, se trouve aussi bien au XVIIe qu’au XVIIIe ou au XXe siècle.

>>