Le roman réaliste (1) : Stendhal

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
Le roman réaliste (1) : Stendhal

FB_Bac_99066_Lit1_F56

56

117

5

Au confluent du romantisme et du réalisme, Stendhal s’est voulu le chroniqueur de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet. Son talent se révèle en particulier dans l’analyse des sentiments.

1 « Henri Beyle, Milanais » (1783-1842)

 Henri Beyle, dit Stendhal, né à Grenoble, passe une enfance solitaire entre un père veuf et une tante dévote. Passionné par les mathématiques, il fait des études d’ingénieur.

 En 1800, il participe à la campagne d’Italie et rejoint l’armée de Bonaparte. L’Italie le fascine : il y découvre l’amour, la musique, la liberté. Il partage sa vie entre Paris et Milan et occupe le poste de consul à Civitavecchia (États du pape). Cette fonction lui laisse le loisir d’écrire.

 Il dédie son œuvre aux « happy few », aux quelques heureux capables de l’apprécier. Sur sa tombe, il fait inscrire : « Henri Beyle, Milanais ».

2 Essais et romans

A Essais et écrits autobiographiques

 Dans De l’amour (1822), Stendhal étudie les étapes de la naissance du sentiment amoureux et décrit le phénomène de la « cristallisation » qui consiste à parer l’être aimé de mille perfections. Il utilise l’image d’un rameau d’arbre effeuillé : plongé dans les mines de sel de Salzbourg, il en sort recouvert de mille cristaux brillants.

Ce que j’appelle cristallisation, c’est l’opération de l’esprit, qui tire de tout ce qui se présente la découverte que l’objet aimé a de nouvelles perfections.

« Le promeneur de Salzbourg », De l’amour, chapitre iv

 Dans la Vie de Henry Brulard (rédaction 1834-1836), Stendhal fait un retour sur ses souvenirs d’enfance, tragiquement marqués par la mort précoce de sa mère.

B Les romans

info L’intrigue du roman Le Rouge et le Noir s’inspire d’un fait divers de l’époque : le procès d’Antoine Berthet, un séminariste condamné à mort par les assises de l’Isère pour l’assassinat de sa maîtresse, l’épouse du notable qui l’avait engagé comme précepteur.

Le Rouge et le Noir (1830) raconte la tragique ascension sociale de Julien Sorel, un jeune paysan timide et ambitieux. Engagé comme précepteur par le maire de Verrières, en Franche-Comté, il s’éprend de son épouse, la vertueuse Mme de Rênal, dont il devient l’amant. Mais, dénoncé à M. de Rênal, il doit partir. Employé à Paris comme secrétaire du marquis de La Mole, il séduit sa fille, Mathilde…

Madame de Rênal sortait par la porte-fenêtre du salon qui donnait sur le jardin, quand elle aperçut près de la porte d’entrée la figure d’un jeune paysan presque encore enfant, extrêmement pâle et qui venait de pleurer.

Le Rouge et le Noir, I, 6

La Chartreuse de Parme (1839) est le roman de la passion. Fabrice del Dongo, jeune noble milanais admirateur de Napoléon, rejoint les armées françaises à Waterloo. De retour en Italie, il trouve sa tante, la belle duchesse de Sanseverina, à la cour de Parme. Après avoir tué un homme en duel, il est incarcéré dans la tour Farnèse ; il s’éprend de Clélia Conti, la fille du gouverneur de la prison, qu’il aperçoit de sa lucarne. Aidé par sa tante, il parvient à s’évader, retrouve Clélia, mais le fils né de leur union meurt. Clélia ne lui survit pas. Fabrice se retire à la Chartreuse de Parme.

Si je parviens seulement à la voir, je suis heureux… Non pas, se dit-il, il faut aussi qu’elle voie que je la vois.

La Chartreuse de Parme, chapitre xviii

L’essentiel sur…

les romans de Stendhal

  • Des héros romantiques au caractère passionné et énergique, avides de bonheur.
  • Un souci de réalisme : le roman est un « miroir que l’on promène le long d’un chemin ».
  • Un récit émaillé de commentaires amusés du narrateur.
  • Une langue simple et sèche, prenant modèle sur le Code civil.