Le Sahara, un désert aux ressources convoitées

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Afrique : les défis du développement
Corpus Corpus 1
Le Sahara, un désert aux ressources convoitées

FB_Bac_98610_GeoT_LES_031

31

73

6

(>dépliant,XetXI)

Quels intérêts et quelles ressources font du Sahara un enjeu géopolitique majeur ?

1Espaces sahariens

ALe plus grand désert du monde

 Le Sahara est le plus grand désert du monde : 8,5 millions de km². On le compare souvent à une mer, qui borde l’Atlas ou la Méditerranée au nord, qui s’efface progressivement au sud : c’est le Sahel.

 L’aridité est la contrainte majeure : moins de 150 mm de précipitations, avec des températures très élevées le jour, glaciales la nuit. Les paysages du désert sont marqués par cette aridité.

BUn espace d’occupation ponctuelle et linéaire

 Cet espace saharien est d’abord un espace de peuplement ponctuel, autour des oasis, naturelles ou artificielles, lieux d’agriculture et centres de commerce. Parmi elles, la plus grande oasis du monde : la vallée du Nil.

 Les peuples du désert ont toujours été des peuples nomades. Mais le Sahara est un désert de villes en forte croissance. Nouakchott, créée ex nihilo en 1957, dépasse le million d’habitants.

 Le Sahara est un désert traversé de flux qui en font une interface active, dessinant un réseau complexe entre Nord et Sud, espace de contact entre civilisations noire et arabe, source de fructueux échanges.

CUn espace en cours de territorialisation

 Avec la colonisation s’est opéré un grand retournement spatial : le territoire colonial s’est construit à partir des littoraux, dos au désert. Le Sahara est devenu un espace répulsif, domaine de nomades agressifs.

 Depuis les indépendances, de nouvelles frontières découpent le désert. Mais malgré leurs efforts, les États sahariens se révèlent incapables d’y exercer un contrôle territorial efficace.

 Cela explique que s’y expriment des puissances extra-régionales, qui y protègent leurs intérêts : France, États-Unis, Chine.

2Des ressources convoitées

ADes ressources liées aux matières premières

 Les ressources du Sahara sont convoitées à l’échelle régionale (nappes d’eau fossile) ou mondiale (le pétrole, déjà exploité en Afrique du Nord, au Soudan, dans les États sahéliens). Le Sahara est une zone de fourniture d’énergie.

 Le Sahara renferme de nombreuses richesses minières, de plus en plus exploitées (phosphates au Maroc, uranium au Niger). L’espace saharien est donc alimenté par des économies de rente, dont le partage est générateur de conflits.

BDes ressources liées aux circulations

 Le Sahara a toujours été un espace de commerce, jadis par dromadaire, aujourd’hui par 4 x 4. Massive est la contrebande de cigarettes chinoises, importées par l’Afrique de l’Ouest et réexportées depuis l’Algérie.

Interface de la mondialisation, le Sahara l’est aussi pour le trafic de stupéfiants. 15 % de la production mondiale de cocaïne y transitent vers l’Europe. États et terroristes touchent leur dîme sur ce lucratif trafic illicite. En outre, la présence d’Occidentaux est l’occasion d’une nouvelle rente, la prise d’otages.

CDes ressources liées aux frontières

 Les frontières politiques sont d’une grande porosité au Sahara. La faiblesse des États constitue un avantage comparatif majeur pour les trafics en tous genres. La frontière constitue une rente pour les pouvoirs locaux, qui monnaient le droit de passage.

 La frontière constitue même une ressource à part entière, en raison des différences de taxation. C’est le cas pour le lait en poudre, acheté à prix subventionné en Algérie, exporté en fraude dans les États du Sahel avec un gros bénéfice.

Conclure

Le désert saharien est un espace à la territorialisation incertaine. Ses ressources considérables, liées aux matières premières ou aux circulations, expliquent les conflits qui s’y expriment à de multiples échelles.

>>