Le Sahara, un espace de conflits

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Afrique : les défis du développement
Corpus Corpus 1
Le Sahara, un espace de conflits

FB_Bac_98610_GeoT_LES_032

32

73

6

(>dépliant,XetXI)

Quels sont les conflits qui traversent l’espace saharien ? À quelles échelles ces conflits peuvent-ils être analysés ?

1Des conflictualités transsahariennes

ALe traumatisme nomade

 Les frontières entravent les déplacements des peuples nomades et ne signifient rien pour eux. Populations nomades et États sahariens modernes ont donc des intérêts contradictoires.

 Redoutés des sédentaires tout au long de leur histoire, ils subissent aujourd’hui des changements dramatiques : déclin du nomadisme et des oasis, progrès de la sédentarisation et de l’urbanisation. Leurs modes de vie traditionnels s’en trouvent bouleversés.

BL’exemple des Touaregs

 Présents dans six États, 1,5 million de Touaregs, appelés « hommes bleus » en raison de la couleur de leur voile, peuplent le Sahara. Dans les nouveaux États, les Touaregs se retrouvent dans une situation dominée, en voie de sédentarisation forcée, malgré des révoltes sanglantes au Mali et au Niger.

 Certains, mercenaires dans la Libye du colonel Kadhafi, aujourd’hui lourdement armés, se sont lancés dans de nouvelles rébellions visant à la création de l’Azawad, État touareg dans le nord-Mali. Ils ont été soutenus puis supplantés par les islamistes.

2Des conflictualités régionales : l’exemple du Sahara occidental

ASahara marocain ou république sahraouie ?

 Le conflit du Sahara occidental illustre l’opposition entre deux puissances régionales. Le Maroc annexe en 1975 (« marche verte ») cette ancienne colonie espagnole. Le Front Polisario proclame alors la République arabe sahraouie démocratique (rasd), avec le soutien de l’Algérie où il se réfugie devant la poussée militaire marocaine.

 Dans les années 1980, le Maroc construit un mur de défense, le « mur des sables », se réservant ainsi les ressources de l’Ouest. Un référendum d’autodétermination est toujours attendu, sans cesse différé.

BL’enjeu des ressources naturelles

 La présence de ressources naturelles conséquentes (pétrole, or, uranium, minerais stratégiques comme le tantale ou le niobium) n’est pas étrangère au blocage de la situation.

 L’Algérie comme le Front Polisario dénoncent régulièrement la « spoliation massive » des ressources naturelles sahraouies par le Maroc. Mais l’importance de l’enjeu contribue au maintien du statu quo, favorable aux Marocains.

3Des conflictualités globales

ALe Sahara, frontière migratoire de l’Europe

 Le Sahara est devenu une frontière migratoire pour l’Europe. Des populations y transitent à destination de l’Union européenne, qui tente de réguler ces flux via des accords avec les États d’Afrique du Nord.

 D’ordinaire, seuls 10 à 20 % des migrants transsahariens cherchent à la rejoindre. La grande majorité cherche plutôt à s’employer au Sahara libyen ou algérien. Depuis le « printemps arabe », toutefois, les migrations clandestines s’accroissent.

BLe Sahara, sanctuaire du terrorisme international ?

 Le Sahara devient aussi un espace conflictuel dans la lutte contre le terrorisme global. Les organisations terroristes y enlèvent des Occidentaux en échange de rançons leur assurant des moyens financiers importants. L’aide occidentale contre le terrorisme constitue une nouvelle rente pour les États sahéliens. Al-Qaida au Maghreb islamique (aqmi) bénéficie de la grande porosité des frontières et de l’inefficacité du contrôle territorial des États sahariens.

 La rébellion touarègue au Mali a été l’occasion d’une prise de contrôle au nord du pays. Il a fallu l’intervention militaire française pour y mettre un terme provisoire en 2013.

Conclure

Le Sahara connaît des conflictualités à de multiples échelles : transsaharienne, régionale, globale, qui démontrent la vigueur des recompositions géopolitiques à l’œuvre.

>>