Le schéma actantiel

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Le schéma actantiel
 
 

FB_Bac_98609_Fra2_TT_026

26

63

3

Le personnage de théâtre se définit d’abord par ses faits et gestes, et par les rapports qui l’unissent aux autres personnages.

1Définition

Le schéma actantiel est un bon moyen de résumer l’intrigue d’une pièce, et de montrer les liens qui unissent les personnages ; surtout, il permet de souligner à quel point les personnages sont pris dans des rapports de forces.

ALes fonctions

? Le sujet mène l’action ; il est en général le personnage au cœur de l’intrigue principale, et c’est souvent lui qui donne son nom à la pièce.

? L’objet est ce que recherche, désire le sujet ; ce peut être une idée abstraite (le pouvoir) ou un personnage (une femme).

? Le destinateur est la force qui incite le sujet à agir, le désir qui le pousse vers l’objet ; le plus souvent, c’est une idée abstraite (l’amour, l’ambition), mais ce peut être aussi un personnage (un père poussant son fils à agir).

? Le destinataire est le bénéficiaire de l’action : le sujet lui-même, mais celui-ci peut aussi agir pour le bénéfice d’un autre personnage, voire pour une idée abstraite (par exemple, le bien de l’humanité).

? L’adjuvant aide le sujet dans la réalisation de son désir tandis que l’opposant est l’adversaire du sujet, généralement parce qu’il désire le même objet que lui.

BLe schéma

? On peut décrire les liens unissant les personnages et les fonctions actantielles par un schéma simple.


 

2L’exemple de L’Avare de Molière (1688)

? L’intrigue de cette comédie peut être résumée ainsi :

 

Les enfants d’Harpagon, Élise et Cléante, veulent se marier, mais en sont empêchés par l’avarice de leur père. Élise aime Valère, qui pour se rapprocher d’elle s’est fait engager par Harpagon comme intendant ; Cléante, amoureux de la belle Mariane, n’a quant à lui pas les moyens de lui faire la cour. Harpagon a d’autres plans pour eux : il veut marier sa fille à un riche vieillard, et épouser lui-même Mariane. L’opposition entre les générations culmine avec l’affrontement du père et du fils, mais la découverte du vol de la cassette dans laquelle Harpagon garde une importante somme d’argent bouscule tout. À la recherche de son or disparu, Harpagon découvre la liaison de sa fille et de Valère, faussement accusé du larcin. Heureusement, Anselme, le riche promis d’Élise, se révèle être le père de Valère et de Mariane ! Cette extraordinaire scène de reconnaissance permet la résolution de l’intrigue : Élise et Cléante peuvent se marier avec les personnes qu’ils aiment, et Harpagon récupère sa cassette.


 

? Un schéma actantiel relativement simple permet de rendre compte de cette intrigue :


 
Conclure

Comme l’écrit Aristote dans La Poétique à propos du théâtre, « il s’agit avant tout d’une représentation d’action et, par là seulement, d’hommes qui agissent ». Le schéma actantiel nous rappelle qu’au théâtre, les personnages sont les supports d’une action avant d’être des caractères individualisés.