Le texte de théâtre

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : La tragédie et la comédie au XVIIe siècle : le classicisme
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Le texte de théâtre
 
 

FB_Bac_98609_Fra2_TT_024

24

63

3

Certains éléments du texte théâtral doivent être prononcés par les acteurs, mais d’autres guident le travail de mise en scène et ne doivent pas être proférés.

1Les didascalies

Les didascalies désignent tout ce qui, dans le texte de théâtre, n’est pas prononcé par les comédiens. Rares dans le théâtre classique, elles ont une importance grandissante au xxsiècle.

ALes didascalies externes

? Les didascalies initiales comprennent tout ce qui précède le texte proprement dit : liste des personnages, informations sur les lieux et le moment où se situe l’action.

? Les indications scéniques englobent toutes les remarques sur le lieu (par exemple un objet dont la présence est spécifiée) ou le temps (par exemple lorsque le comédien doit faire une pause avant de prononcer la suite de sa réplique), et toutes les indications données au comédien sur le ton ou la gestuelle.

BLes didascalies internes

? Ce sont des indications directement prises en charge par ledialogue, comme dans cette réplique d’Auguste dans Cinna de Corneille (V, 1) qui indique à l’acteur les mouvements à accomplir : « Prends un siège, Cinna.»

2Le dialogue

? C’est l’ensemble des propos échangés par les personnages, quelle que soit leur longueur. Le dialogue théâtral s’inscrit dans une situation de communication qu’on appelle la double énonciation : à un premier niveau énonciatif, un personnage parle à un autre personnage, mais, à un second niveau, l’auteur parle aux spectateurs par l’intermédiaire des personnages.

? La réplique désigne les paroles qu’un personnage prononce lorsque celui qui parle avant lui a fini de parler, et avant que celui qui parle après lui ne prenne la parole.

? Le dialogue théâtral est donc constitué d’un échange de répliques, dont la longueur est très variable :

– la répartie est une réplique rapide, souvent spirituelle ;

– la stichomythie est un échange de répliques très brèves ;

– la tirade est une longue réplique ;

– le récit théâtral est une longue tirade, où un messager expose aux autres personnages et aux spectateurs une succession d’actions qui n’ont pu être représentées sur scène ; c’est le cas du récit de la mort d’Hippolyte par Théramène dans Phèdre de Racine.

3Le monologue

? Dans certains cas, un personnage parle seul sur scène, sans autre destinataire que lui-même (et les spectateurs) : on parle alors de monologue. Parfois critiqué pour son invraisemblance, le monologue permet d’exposer l’intériorité du personnage et de clarifier ses intentions.

? Certains types de répliques se rapprochent du monologue :

– dans le soliloque, le personnage ne s’adresse à personne, pas même à lui-même, et semble divaguer ;

– les stances sont écrites à la manière d’un poème, avec des vers de longueur variable ; l’exemple le plus célèbre en est le monologue de Rodrigue dans le Cid (I, 6) ;

– l’aparté est prononcé à l’intérieur d’un dialogue, mais les autres personnages ne sont pas censés l’entendre ; il est destiné à celui qui le prononce, comme s’il pensait à haute voix, et indirectement aux spectateurs ;

– l’adresse au public se distingue de l’aparté : le personnage s’adresse explicitement aux spectateurs, comme s’il brouillait les deux niveaux de la double énonciation.

Conclure

Le fait de distinguer les didascalies d’une part, le dialogue et le monologue d’autre part révèle la spécificité du texte théâtral : comme il est fait pour être représenté, certaines de ses composantes s’adressent à l’acteur et au metteur en?scène, et non pas au spectateur.