Le travail et la technique

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES - Tle L - Tle S | Thème(s) : Le travail et la technique

1 Le travail comme malédiction

Une tradition ancienne…

  • La notion de travail montre combien la philosophie peut être influencée par l’état social où elle s’exerce. Si, chez les philosophes grecs, le travail est jugé indigne de l’homme véritable, c’est sans doute parce que seuls les esclaves en sont chargés. Lorsque Platon détermine les trois catégories (philosophes-dirigeants, soldats, artisans) de sa cité juste, il leur adjoint une population d’esclaves dont il précise seulement qu’ils ne sauraient être grecs. Et pour Aristote, l’esclave n’est rien de plus qu’un « outil animé », comparable à un bœuf de trait.
  • La mentalité chrétienne confirme que le travail est bien une punition douloureuse. C’est après le péché originel qu’Adam et Ève ont été chassés du Paradis : le premier devra « gagner son pain à la sueur de son front », et la seconde « enfanter dans la douleur ».

... et des échos durables

Lorsque, de nos jours, le travail est jugé pénible, notre mentalité témoigne de la nostalgie d’une vie dédiée à l’oisiveté, au jeu de l’enfant « innocent », ou à des loisirs perçus comme des moments de liberté. Sans doute admettons-nous implicitement que le travail est utile ou nécessaire, mais chacun rêve d’y échapper.

2 Travail et humanisation

Une double transformation : de la nature et de l’homme

  • Le travail est dû à la disproportion existant entre les ressources naturelles et les besoins d’un groupe humain. Platon le note déjà, et Rousseau le confirme, lorsqu’il date son apparition de la mise en place des premières sociétés : dès que les hommes se rassemblent, la nature ne suffit plus à satisfaire leurs besoins. Le travail signifie dès lors la transformation des données naturelles.
  • Mais le travail désigne aussi la transformation de l’homme lui-même : la satisfaction de besoins premiers détermine l’apparition de nouveaux besoins qui à leur tour entraînent la nécessité de modifier davantage la nature. C’est donc l’histoire de l’humanité en tant que telle qui est liée à l’existence du travail.

évolution de la conscience

  • Hegel montre, dans sa « dialectique du maître et de l’esclave », que l’activité laborieuse, comme extériorisation de la conscience, mène à l’universalisation de cette dernière. L’esclave est d’abord soumis au maître et à sa volonté, mais ce qu’il transforme, dans la réalité matérielle, finit par lui renvoyer le spectacle objectivé de sa propre conscience comme efficace. Dès lors, il accède à la liberté authentique, qui est, non pas négation abstraite du monde, mais bien capacité d’intervention dans le monde afin de le faire évoluer. Le travail constitue ainsi une objectivation de la subjectivité, il « humanise » le monde et fournit à l’homme une « nature » changeante.
  • De son côté, Marx souligne combien la conscience se forme et évolue à partir du moment où le travail correspond à un projet (ce qu’il ne peut être chez les animaux) : en imaginant le produit qu’il veut obtenir, l’homme développe ses capacités de penser et sa volonté. Il entre ainsi dans un processus d’auto-définition.

3 Travail aliéné, travail libéré

Inversion du sens du travail

  • Marx lui-même, après avoir affirmé que le travail sépare l’homme de l’animalité, constate que, dans l’histoire, l’organisation sociale du travail en modifie la réalité. S’il est vrai que « l’histoire de toute société jusqu’à nos jours n’a été que l’histoire de la lutte de classes », c’est parce que toute société est scindée en une classe de possédants et une classe d’exploités (le prolétariat). Ces derniers doivent travailler, en échange d’un salaire, au profit des possédants.
  • L’analyse du travail industriel montre que le sens du travail est alors inversé : au lieu d’humaniser, il abrutit. Le travailleur pré-industriel pouvait retrouver une part de lui-même dans son produit ; l’ouvrier, qui ne définit ni les conditions, ni le but, ni les moyens de son travail, ne peut en tirer la moindre satisfaction directe.

Nouvelles significations du travail

De ses considérations historiques, Marx déduit la nécessité de la révolution, comme premier pas vers la libération de l’humanité, mais les politiques qui ont prétendu appliquer ses théories n’ont guère eu de succès dans cette voie. Par ailleurs, le travail industriel, ou « en miettes », doit être repensé à partir de la situation actuelle (chômage, apports des nouvelles technologies) : le chômeur se sent-il « exclu » pour des raisons financières ou parce qu’il devine, dans le travail qui lui fait défaut, la marque de l’humain ? Une alternance se dessine entre temps de travail et temps de formation : annonce-t-elle la fin lointaine de l’opposition traditionnelle entre travail manuel et travail intellectuel ?

4 La technique, la main et la pensée

La main, premier outil

  • Le mot « technique » est issu du grec technè, qui désigne initialement tout savoir-faire permettant d’obtenir un résultat attendu. Englobant au départ la pratique artistique, ce savoir-faire vise plus précisément la production efficace de choses utiles pour l’homme.
  • C’est parce que l’homme est au départ le plus démuni des vivants, qu’il est amené à utiliser d’abord son corps ou des parties de ce dernier pour travailler. Dans le Protagoras de Platon, l’homme est qualifié de « nu, sans chaussures, ni couvertures ni armes », et c’est pour remédier à ce dénuement que Prométhée lui fait présent du feu et de la connaissance technique. Aristote objecte à ce mythe qu’en fait, l’homme est doté de la main, qui est « l’outil de loin le plus utile », parce qu’elle en remplace plusieurs.

L’outil fait penser

L’outil inventé est d’abord un prolongement du corps et de l’énergie physique. Mais sa mise au point fait intervenir des capacités intellectuelles telles qu’on peut, selon André Leroi-Gourhan, considérer son usage comme le caractère distinctif de l’humanité : concevoir un outil, c’est anticiper sur son utilisation, mais aussi déterminer sa forme relativement à l’usage qu’on en attend ainsi qu’à l’énergie qu’on lui appliquera. S’il est vraisemblable, comme l’affirme Bergson, que l’homo faber a précédé l’homo sapiens, il n’en reste pas moins que le perfectionnement des outils suppose une capacité à penser et que très vite s’établissent des relations de complémentarité entre l’activité et la réflexion.

5 Technique et maîtrise de la nature

La technique agresse la nature

Si l’outil est la médiation entre l’homme et la nature, son usage peut constituer une grave agression à l’égard du milieu. Dans de nombreuses sociétés « primitives », la chasse doit ainsi être précédée de rituels cherchant à se concilier l’esprit des espèces animales. Les forgerons sont fréquemment perçus comme des individus « sacrés » parce qu’ils sont en contact avec les forces secrètes du feu et du sous-sol. Le mythe même de Prométhée rejette sur un demi-dieu la responsabilité du savoir technique humain.

La technique est ambivalente

  • Cette ambivalence de la technique, à la fois bonne pour l’homme et agressive à l’égard de la nature, s’aggrave dans la littérature du xixe siècle : le confort acquis par l’homme s’accompagne d’un danger éventuel, thématisé dans le Frankenstein de Mary Shelley aussi bien que par les ingénieurs ou savants fous de Jules Verne.
  • Aucune technique n’est « neutre » : sa valeur vient de l’usage qui en est décidé. Pour peu qu’elle soit au service d’une science elle-même mal orientée, c’est la liberté de l’homme, ou même sa vie, qui se trouve menacée. Pire : le développement des machines peut sembler de nature à retirer toute initiative à l’homme lui-même, se retrouvant « au service » d’un fonctionnement de moins en moins maîtrisé.

6 Technique, science et morale

Réalité de la techno-science

  • Lorsque certains philosophes évoquent l’existence d’un univers techno-scientifique, cela signifie que l’ancienne opposition affirmée entre une science « pure », simplement animée par la volonté de savoir, et une technique « intéressée », déterminée par les intérêts de l’humanité, n’a plus guère de sens. En fait, la science a évidemment besoin d’un appareillage technique de plus en plus conséquent, et l’élaboration de la technique contemporaine nécessite une quantité de connaissances théoriques. Science et technique sont étroitement liées.
  • Ce qui les rapproche aussi, c’est l’ignorance dont fait preuve l’individu à leur égard. L’univers des machines et des appareils techniques dans lequel nous vivons nous habitue à penser en termes d’efficacité, de coût financier ou de performance, non en termes de connaissance. D’où le risque que le pouvoir soit monopolisé par une minorité de techno-scientifiques.

écologie et politique

Quant au déploiement et aux conquêtes de la technique sur la terre, ou même au-delà, il est acquis qu’il pose de sérieux problèmes d’écologie, mais aussi de relations entre États. La techno-science a des retombées économiques massives, et l’écart ne peut de ce point de vue que croître entre les pays techniquement les plus développés et les autres. Une réflexion sérieuse sur la technique, même si elle reconnaît sa participation bénéfique à l’histoire de l’humanité, ne peut que s’interroger sur les buts auxquels elle peut désormais servir et sur les moyens de mieux en contrôler les développements futurs.