Le xixe siècle : introduction

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
Le xixe siècle : introduction

FB_Bac_99066_Lit1_F43

43

5

Le xixe siècle connaît de profonds bouleversements politiques, économiques et sociaux. En même temps se développe une vie littéraire et artistique intense qui touche un public de plus en plus large.

1 Caractéristiques générales

A Un siècle de progrès et de mutations sociales

 Le xixe siècle est marqué par une importante instabilité politique (crises, coups d’États, révolutions) et par des avancées scientifiques et techniques considérables.

 La maîtrise de la vapeur, le développement des réseaux ferrés puis de l’électricité ouvrent la voie de l’ère industrielle. En médecine, le premier vaccin contre la rage est mis au point par Pasteur (1822-1895) ; Pierre et Marie Curie découvrent le radium en 1898.

 Mais le développement industriel n’est pas sans conséquences sur les conditions sociales : les différences s’accentuent entre les bourgeois, qui s’enrichissent, et les ouvriers.

B Les lettres et les arts

 Un grand élan de curiosité culturelle anime le siècle. Les livres se multiplient, la presse connaît des tirages croissants et permet une large diffusion de la littérature.

 La littérature est marquée par trois courants principaux : le romantisme* (expression d’une sensibilité exacerbée), le réalisme* (volonté de reproduire la réalité), le symbolisme* (art de la suggestion).

 En peinture, les romantiques Géricault (1791-1824) et Delacroix (1798-1863) privilégient l’expression du mouvement et la couleur. Les réalistes Millet et Courbet, eux, veulent peindre le monde tel qu’il est. Vers 1870-1880, les impressionnistes (Manet, Degas, Monet, Renoir, Pissarro) peignent en plein air les paysages et accordent une importance particulière à la lumière.

 En sculpture, le génie puissant d’Auguste Rodin travaille la force de suggestion du mouvement et l’expression du sentiment.

 La musique devient l’art romantique par excellence : l’Allemand Beethoven, le Français Berlioz, le Polonais Chopin, le Hongrois Liszt expriment la violence des passions.

2 Repères historiques

A 1800-1850 : l’instabilité politique

 Le Consulat et l’Empire (1799-1814) : après la Révolution, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir lors du coup d’État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Premier consul, il est sacré empereur en 1804 sous le nom de Napoléon Ier.

 La Restauration (1815-1830) : après la défaite de Napoléon à Waterloo, la France revient à la monarchie avec Louis XVIII (1815-1824) et Charles X (1824-1830). Mais les journées révolutionnaires de 1830, « les Trois Glorieuses », mettent fin au règne de Charles X.

 La monarchie de Juillet (1830-1848) : la bourgeoisie libérale porte au pouvoir Louis-Philippe, de la maison d’Orléans, qui devient roi des Français. Mais il est chassé par la révolution de 1848.

B 1850-1900 : le triomphe de la République

 La IIeRépublique (1848-1851) : Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République.

 Le Second Empire (1852-1870) : le coup d’État du 2 décembre 1851 met fin à l’expérience républicaine : Bonaparte devient Napoléon III. Il instaure une nouvelle forme de régime autoritaire.

1870 : après la défaite de Napoléon III à Sedan durant la guerre contre la Prusse, le Second Empire s’effondre.

 La IIIeRépublique (1870-1940) est proclamée, mais à Paris, assiégé par les Prussiens, la colère grandit : la Commune éclate (mars-mai 1871). Thiers réprime l’insurrection dans le sang.

  • Les républicains mettent en place la liberté de la presse, l’instruction laïque, gratuite et obligatoire (1881-1882), le droit syndical.
  • L’affaire Dreyfus (1894-1906) (>fiche59) divise la France en deux camps. La IIIe République finit par s’imposer durablement.