Les bases de l’argumentation

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : La question de l'homme dans les genres de l'argumentation
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les bases de l’argumentation

FB_Bac_98608_Fra1_TT_040

40

101

6

Quels sont les éléments essentiels d’une argumentation ?

1Qu’est-ce qu’argumenter ?

 Pour qu’il y ait argumentation il faut qu’il y ait un langage, un émetteur, un destinataire, et une thèse ou point de vue à défendre. Il s’agit de tout mettre en œuvre pour agir sur le destinataire et le faire se ranger à la thèse de l’émetteur.

 Le destinataire peut participer à l’argumentation (dialogue) mais elle peut lui être destinée sans qu’il interagisse (le discours, par exemple).

 Le destinataire peut être clairement identifiable (apostrophes, impératifs, pronoms personnels de seconde personne…) ou non (utilisation du pronom indéfini « on » à valeur inclusive, et du pronom « nous »…).

2Comment agir sur le destinataire ?

Pour emporter l’adhésion du destinataire, l’argumentateur doit convaincre et/ou persuader.

AConvaincre

 Pour convaincre, il faut s’appuyer sur des arguments intégrés dans une structure logique bien mise en évidence. Les arguments et les exemples doivent être incontestables.

 On cherche à atteindre la raison et l’intelligence du destinataire. Le registre didactique est souvent employé (>fiche6).

BPersuader

 Persuader, c’est jouer sur la sensibilité et les sentiments du destinataire. Quel est son système de valeurs ? Comment trouver ce qui pourrait lui plaire, le faire rire ou au contraire le choquer, de manière à obtenir son adhésion.

 Dans ce cas, on déploie l’art de la rhétorique et on joue sur divers registres(>fiche6).

CDélibérer

 Délibérer, c’est débattre de deux opinions différentes pour aboutir à une prise de décision. Ainsi dans un jury, chacun donne son avis et défend sa position jusqu’à la décision finale.

 Le dialogue est le lieu privilégié de la délibération, et le théâtre en donne de nombreux exemples.

 Dans une tragédie, le monologue délibératif place le héros face à un dilemme : il se demande que faire et expose les arguments en faveur des choix auxquels il est confronté.

3Situations et enjeux de l’argumentation

APolyphonie et dialogisme

 Une argumentation fait toujours entendre plusieurs voix (polyphonie). En effet, même en l’absence totale des marques d’un destinataire, l’argumentateur n’est jamais seul : il se situe dans un débat déjà ouvert ; il prend position par rapport à d’autres thèses déjà énoncées.

 Quand l’auteur fait entendre thèse soutenue et thèse réfutée, on parle de dimension dialogique. Ainsi Diderot pour dénoncer l’esclavage, dans la Contribution à l’Histoire des deux Indes de l’abbé Raynal (1780), donne la parole à un « on » qui reprend les arguments habituels des défenseurs de l’esclavage et à un « je » qui contre-argumente.

 Il faut alors étudier attentivement l’énonciation(>fiche4) : on ne doit pas se tromper dans l’attribution des propos.

BLes valeurs

 Argumenter c’est aussi s’inscrire dans un système de valeurs selon lequel l’auteur construit son argumentation, et dans un monde de croyances qui constitue le socle de sa réflexion.

 Le système de valeur est souvent explicité par l’utilisation d’un lexiqueévaluatif(>fiche1). Quant au monde de croyances, c’est souvent au lecteur de le déceler en analysant l’implicite et les présupposés de tel ou tel énoncé.

Conclure

L’argumentation met en jeu tous les éléments constitutifs de la communication.

>>