Les caractéristiques de la puissance

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Fondements et formes de la puissance : approche historique et géopolitique
 

La puissance est à la fois la capacité pour un État à faire respecter ses propres décisions et l’aptitude à imposer sa volonté à autrui. Dans cette perspective, afin de s’imposer et d’influencer, il est fait recours au hard power et au soft power.

I L’évolution des fondements de la puissance

1 L’importance du territoire et d’une population nombreuse

Depuis l’Antiquité, la puissance est traditionnellement l’apanage des pays disposant d’un vaste territoire et d’une population nombreuse.

Ces deux atouts permettent de disposer d’une armée puissante grâce à laquelle est possible la conquête d’immenses espaces.

2 De nouvelles caractéristiques de la puissance

Mais la Révolution industrielle, qui débute en Angleterre à la fin du xviiie siècle, redéfinit les fondements de la puissance. La maîtrise des techniques (machine à vapeur, puis électricité, chimie, etc.) et de l’économie devient essentielle pour ­dominer.

Ainsi, à partir de 1850, le Royaume-Uni s’impose comme première puissance mondiale grâce à sa flotte militaire et marchande.

II Le hard power ou une puissance dure

1 Des moyens militaires…

mot clé

Le hard power est la capacité d’un État à imposer sa volonté à un autre État par la contrainte.

Le hard power s’appuie sur la force militaire. Traditionnellement, celle-ci repose sur le nombre de soldats et la capacité à utiliser des armes les plus destructrices possible. Ainsi, depuis 1945, la puissance militaire appartient avant tout à celui qui détient un arsenal nucléaire.

La puissance militaire correspond également à la capacité à mener la guerre à l’extérieur du territoire national. Porte-avions et bases militaires à l’étranger permettent aujourd’hui cette projection.

2 … associés à une mainmise économique et financière

La puissance économique dépend de la capacité de certains pays à produire plus de richesses que les autres, et donc à imposer leurs intérêts financiers. Elle se mesure notamment par les investissements directs étrangers (IDE) qui ­permettent de contrôler les échanges internationaux, à l’instar de la récente stratégie chinoise.

Certains États disposent également d’un moyen de pression grâce à leur ­monnaie. C’est le cas des États-Unis avec le dollar.

III Le soft power ou une puissance douce

1 Des dimensions linguistique et culturelle

mot clé

Le soft power est la capacité d’influence et de persuasion d’un État.

Le soft power d’un État peut être véhiculé à travers une culture diffusée grâce au cinéma et la télévision. L’American way of life en est l’exemple le plus célèbre.

Certains pays tentent de véhiculer une image positive en organisant des événements sportifs internationaux, par exemple la Coupe du monde de football en Russie en 2018.

Le soft power d’un État s’exprime également au travers de la langue dont il s’agit de promouvoir l’usage.

2 Au-delà de la sphère étatique

Les États affirment aussi leur pouvoir de persuasion à travers les institutions internationales, tout particulièrement les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (ONU).

Enfin certaines firmes transnationales, en particulier dans le domaine des nouvelles technologies, exercent une influence de plus en plus grande.

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.