Les caractéristiques du genre Homo

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les caractéristiques du genre Homo

FB_Bac_98621_SvtT_S_016

16

39

3

Les premiers représentants du genre Homo apparaissent en Afrique avant la disparition des australopithèques et des paranthropes avec lesquels ils ont cohabité. Le genre Homo regroupe plusieurs espèces fossiles, et l’Homme (Homo sapiens) est le seul représentant actuel de ce genre.

1Les primates fossiles du genre Homo

Doc. Répartition dans le temps des différentes espèces du genre Homo.

 À partir de – 2,5 millions d’années (doc.), on trouve, uniquement en Afrique, des restes fossiles des premiers représentants du genre Homo : Homo habilis et Homo rudolfensis. Ces deux espèces ont une capacité crânienne comprise entre 600 et 750 cm3. Par rapport aux australopithèques, leur face est réduite (avec un prognathisme faible) et ils possèdent une bipédie plus affirmée mais encore différente des hommes modernes.

Des outils rudimentaires, ou galets aménagés, sont associés à ces restes fossiles et sont attribués à ces deux espèces, même si les paranthropes qui coexistaient avec elles à cette époque ont été capables eux aussi de réaliser ces outils.

 Avant la disparition des premiers représentants du genre Homo, deux nouvelles espèces apparaissent, Homo ergaster, vers – 2 ­millions d’années, et Homo erectus, vers – 1,7 million d’années. Les restes fossiles correspondent à des individus plus grands (1,70 m en moyenne) avec une bipédie comparable à la nôtre et des crânes d’une capacité comprise entre 800 et 1 100 cm3. Leur maîtrise de la bipédie a contribué à leur migration hors du continent africain puisque des fossiles ont été trouvés en Europe du Sud, au Proche-Orient et en Asie orientale. Ces deux espèces devaient probablement déjà être capables de langage articulé, maîtrisaient le feu et fabriquaient des outils taillés sur les deux faces, les bifaces.

 Avant la disparition d’Homo erectus, on trouve, il y a environ 600 000 ans, une nouvelle espèce : Homo heidelbergensis, qui annonce une évolution vers l’Homme actuel avec une capacité crânienne moyenne de 1 200 cm3. Cette espèce s’est différenciée en Afrique, en Europe et en Asie jusqu’à l’apparition d’Homo neandertalensis vers – 300 000 ans et d’Homo sapiens vers – 200 000 ans.

Homo neandertalensis possédait des caractères proches de l’Homme actuel avec une capacité crânienne égale, voire supérieure, à Homo sapiens mais, en revanche, une charpente osseuse robuste et les os des membres légèrement incurvés, signe d’une forte musculature. Avant de disparaître vers – 30 000 ans, il va cohabiter avec Homo sapiens et partager des pratiques culturelles diversifiées comme la fabrication d’outils sophistiqués ou les rites funéraires. C’est ensuite avec Homo sapiens qu’apparaissent les premières manifestations artistiques.

2Les caractéristiques des espèces du genre Homo

Bien que l’appartenance au genre Homo de certaines de ces espèces fossiles soit encore discutée (>fiche17), on peut affirmer que les espèces du genreHomo se distinguent par :

– des caractères anatomiques, notamment une face réduite, une mandibule parabolique, un dimorphisme sexuel peu marqué sur le squelette, un style de bipédie avec trou occipital avancé et une aptitude à la course à pied ;

– une production d’outils complexes et une variété des pratiques culturelles (maîtrise du feu, rites funéraires…), mais de façon non exclusive.

>