Les citoyens à Athènes (Ve‑IVe siècles av. J.-C.)

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : L'invention de la citoyenneté dans le monde antique
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les citoyens à Athènes (Ve?IVe?siècles?av.?J.-C.)
 
 

FB_Bac_98613_Hge2_TT_003

3

17

2

Que signifie être citoyen à Athènes ?

1Le statut de citoyen

Pour être citoyen, il faut être un homme né de père athénien (et également de mère athénienne depuis la loi de Périclès de 451 av. J.-C, ce qui limite le choix du conjoint) et avoir atteint la majorité légale de 18 ans. Leur nombre est d’environ 25 000 au ivsiècle av. J.-C., 40 000 en 431 av. J.-C.

? Les droits et les devoirs des citoyens concernent :

– la participation aux cultes civiques (les carrières politiques exigent de belles liturgies) ;

– les obligations militaires (défense du territoire) ;

– les autres contributions financières : l’État peut décider d’un impôt de guerre exceptionnel (l’eisphora), les riches peuvent aussi faire des dons (pour la guerre, les bâtiments publics, les fêtes) ;

– le droit à la propriété foncière ;

– la participation à la souveraineté (ecclésia, accès aux magistratures…).

? Toutefois, les citoyens sont répartis en 4 classes censitaires basées sur leur revenu annuel. Ainsi, au vsiècle, l’accès aux magistratures est réservé aux classes les plus riches.

2Les non-citoyens

ALes femmes

? La femme est juridiquement mineure : elle ne peut agir seule en justice ou conclure un contrat. Elle est soumise à l’autorité de son père, puis à celle de son mari.

? Elle ne participe ni à la vie militaire ni à l’activité politique.

? Dans le domaine religieux, elle est une citoyenne à part entière (associée au culte des dieux).

? La femme passe une grande partie de sa vie dans le gynécée.

BLes métèques

? Le métèque est un homme libre qui réside durablement dans une cité autre que la sienne. Athènes en compte 40 000 (120 000 avec les femmes et les enfants).

? Le métèque est soumis à des obligations. Il doit trouver un citoyen qui réponde de lui et qui sera son protecteur. Il doit payer une taxe personnelle (metoikion) et une autre pour vendre sur le marché (xenikon). Il est assujetti, comme les citoyens, au paiement de l’eisphora, et est incité à participer aux dons volontaires. Il est aussi soumis à des obligations militaires.

? Le métèque n’a aucun droit politique mais il participe, dans certaines limites, à la vie religieuse de la cité. Comme tous les étrangers, il est exclu de la propriété foncière et doit vivre en location. Toutefois, il est protégé juridiquement dans sa personne et dans ses biens.

? Le métèque tient une place importante dans le commerce, l’artisanat.

?L’octroi de la citoyenneté est exceptionnel.

CLes esclaves

? L’esclave est un objet de propriété : il peut être vendu, donné, hérité, loué. Il appartient soit à des propriétaires privés (citoyen, métèque) soit à la cité.

? L’esclave est un prisonnier de guerre, capturé par un pirate ou victime d’enlèvement, ou né à la maison.

? Juridiquement l’esclave n’a aucun droit. Il ne peut pas fonder une famille, ni disposer seul du pécule qu’il est autorisé à amasser. Toutefois, une loi le protège des mauvais traitements.

? Les activités des esclaves sont variées.

  • Beaucoup sont artisans, soit dans des ateliers détenus directement par leur maître, soit à leur compte (moyennant le versement d’une redevance), soit loués à un entrepreneur.
  • Les esclaves domestiques sont peu nombreux. À la campagne, ils aident leur maître dans les travaux agricoles.

?L’affranchissement est très rare.

Conclure

Athènes n’a octroyé le droit de cité qu’avec parcimonie, contrairement à Rome (> fiche 6).