Les conséquences des crises financières

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Instabilité financière et régulation
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les conséquences des crises financières

FB_Bac_98602_EcoT_ES_033

33

75

1

Comment les crises financières affectent-elles l’économie réelle ?

1Effets des crises financières sur les revenus et les capacités d’emprunt des agents

AUne perte de richesse des agents économiques

 L’effondrement des cours des titres engendre un effet de richesse négatif. Par exemple, si le cours d’une action diminue de 50 euros, cela se traduit pour son détenteur par une perte de revenu potentiel et affecte donc défavorablement les niveaux de consommation et d’investissement des ménages et des entreprises.

 La baisse des cours dégrade aussi la structure financière des entreprises en diminuant la valeur de leurs actifs financiers*.

 L’entreprise dont le cours de l’action chute devient plus vulnérable à la concurrence et court le risque d’être rachetée par un concurrent, via un raid boursier ou une offre publique d’achat (opa).

BUne restriction des conditions d’accès au crédit

Le crédit est un autre canal de transmission des crises financières* à la sphère réelle.

 Les déséquilibres et l’incertitude consécutifs à la crise incitent les intermédiaires financiers à durcir les conditions d’accès au crédit, notamment en augmentant les taux d’intérêts.

 Les capacités d’investissement, de consommation et d’emprunt de l’ensemble des agents économiques (État, ménages, entreprises) sont donc limitées.

2Ralentissement de la production et intervention des pouvoirs publics

ARalentissement de la production, chômage et anticipations pessimistes

 En modifiant l’arbitrage revenu-consommation et en contractant les possibilités de financement de l’investissement, les crises financières affectent négativement le niveau de la production, et en conséquence celui de l’emploi.

 Ces difficultés économiques génèrent des anticipations pessimistes qui entament les chances de reprise (augmentation de l’épargne de précaution par exemple).

 Tous ces phénomènes s’auto-alimentent et entraînent de nombreux déséquilibres macroéconomiques. Un cercle vicieux peut alors s’instaurer :


BL’intervention des pouvoirs publics

chiffre clé En Europe, les différents plans nationaux mis en place pour lutter contre les effets de la crise financière se chiffrent à 1 700 milliards d’euros en octobre 2008.

 Face aux risques de récession, l’État peut intervenir en menant des politiques conjonctuelles de relance de l’activité économique.

 Il peut également adopter des plans de soutien et de sauvetage pour les banques les plus fragilisées par la crise.

 La Banque centrale joue également un rôle essentiel pour garantir la liquidité des marchés de capitaux et la stabilité bancaire et financière.

Conclure

Les crises financières ne se cantonnent pas à la sphère financière, elles ont des conséquences significatives sur l’économie réelle.

>>