Les crises financières

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Instabilité financière et régulation
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les crises financières

FB_Bac_98602_EcoT_ES_032

32

75

1

(>dépliant,XI)

Qu’est-ce qu’une crise financière et quelle en est la mécanique ?

1La diversité des crises financières

 Dans une acception large, le terme de crise financière* désigne des turbulences importantes sur les marchés bancaires et financiers, qui se manifestent par une chute du prix des actifs financiers*, et (ou) par la défaillance d’institutions financières ou non financières.

 On observe depuis les années 1980 une multiplication des crises financières, qui peuvent prendre des formes diverses.


Type de crise financière


Caractéristiques


Exemples


Krach boursier


effondrement du cours de titres financiers lié à l’éclatement d’une bulle spéculative


krach boursier de 1987

« e-krach » en 2000


Crise de change


baisse rapide du cours d’une ou de plusieurs monnaies


crise du Système monétaire européen (sme) en 1992-1993

crise asiatique de 1997


Crise bancaire


faillites d’établissements financiers susceptibles d’en déclencher d’autres


faillite du hedge fundltcm en 1998

faillite de la banque d’investissement multinationale Lehman Brothers en 2008

 Ces distinctions demeurent néanmoins un peu artificielles dans la mesure où ces différentes formes de crises sont fréquemment associées. Par exemple, un krach boursier peut entraîner la faillite d’établissements financiers, et réciproquement.

2Caractéristiques et mécanique des crises financières

Les crises financières reposent finalement sur un petit nombre de mécanismes, mais leur combinaison peut être originale.

 Les crises financières ont un caractère procyclique : c’est l’essor qui entraîne la crise.

 Les cycles financiers ont plusieurs phases.

a. Phase d’essor : une innovation financière stimule l’optimisme des agents, favorisant l’augmentation du prix des actifs financiers.

b. Phase d’euphorie : l’augmentation du prix des actifs attire de nouveaux investisseurs, leur comportement mimétique* engendre une bulle spéculative.

c. Phase de retournement : la spéculation accroît la vulnérabilité des marchés financiers* (montée des asymétries d’information), l’apparition d’un choc exogène ou endogène (incertitude politique, manque de liquidité, faillite d’un opérateur, etc.) et peut finalement provoquer un krach.

d. Phase de contagion : le mimétisme des comportements accentue le risque systémique*. Par exemple, une rumeur de faillite d’une banque incite les épargnants à retirer leurs fonds, ce qui augmente effectivement le risque de faillite. On parle alors de prophéties autoréalisatrices. Progressivement, la contagion s’étend à l’économie réelle.

e. Phase de retour de la confiance : face à un risque systémique, seule une intervention des pouvoirs publics peut restaurer la confiance ; à terme, un nouveau cycle démarre.


Conclure

Les crises financières ont des formes diverses, mais reposent souvent sur les mêmes mécanismes économiques.

>>