Les décisions du consommateur et du producteur

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re STMG | Thème(s) : Quels sont les grandes questions économiques et leurs enjeux actuels ?

A La rareté relative des ressources impose des choix rationnels

Les choix économiques des agents économiques sont en effet rationnels car ils optimisent l’utilisation de ressources rares :

si un consommateur préfère les pommes aux poires et les poires aux raisins, alors il ne serait pas rationnel qu’il préfère les raisins aux pommes. Les préférences des consommateurs sont donc logiquement ordonnées ;

si une personne fait un choix de consommation qui ne suit pas l’ordre logique, il diminue la satisfaction qu’il peut retirer de sa consommation d’un panier de biens, donc ce panier lui est moins utile. Ainsi, si le consommateur conserve les mêmes préférences que précédemment, le panier de biens composé de 3 poires, 2 pommes et une banane sera toujours préféré à celui composé de 2 poires, 2 pommes et 2 bananes car les poires lui procurent plus de satisfaction que les bananes. Le consommateur rationnel cherche toujours à maximiser son utilité.

B La rareté relative des ressources exerce une contrainte économique

La rareté a un impact sur les décisions des différents acteurs de l’économie :

les dépenses ne permettent de satisfaire les besoins que dans la limite du budget disponible. Le budget est donc une contrainte économique. Le consommateur cherche à obtenir la plus grande satisfaction possible pour la dépense budgétaire la plus faible possible ;

les producteurs doivent faire des choix qui tiennent compte de l’évolution des coûts de production pour rester rentables. Ils cherchent à avoir les coûts les plus faibles possible pour en tirer un profit maximal ;

à cela s’ajoutent d’autres contraintes qui font l’objet de choix rationnels des acteurs de l’économie : le temps, l’espace et l’information. La durée d’activité est contrainte par le temps d’activité naturel des individus. Il y a des coûts de déplacement et d’accès à l’information.

C Le calcul du coût d’opportunité

Ce coût permet de déterminer, entre deux alternatives, celle qui est la plus avantageuse, donc la plus utile. En raison des contraintes économiques, quelle que soit l’utilité que nous accordons à un bien ou à une action, il n’est pas possible de satisfaire tous nos désirs.

Le coût d’opportunité est le coût du renoncement à une option. Il faut comparer tous les coûts cachés des deux opportunités pour prendre la meilleure décision possible.

Exemple

Faut-il signer un contrat de travail temporaire dans une entreprise de restauration rapide l’année de terminale pour se faire de l’argent de poche ou se consacrer entièrement à sa scolarité pour obtenir son baccalauréat ? Doit-on acheter un véhicule comptant ou emprunter ? Faut-il investir ou placer une somme d’argent ?

D Le coût moyen, le coût marginal et le prix de vente

Les décisions du producteur s’appuient sur la comparaison du coût moyen, du coût marginal et du prix de vente.

Le coût moyen correspond au coût total divisé par la quantité produite sur une période donnée. Il se calcule de la façon suivante : coût moyen = coût total / quantité produite.

Exemple

Si une entreprise produit 1 000 unités pour un coût total de 20 000 €, le coût moyen d’une unité est de 20 € (soit 20 000 /1 000).

Le coût marginal est le coût d’une unité supplémentaire produite. Cela correspond à la variation relative des coûts pour une unité supplémentaire produite. C’est, d’un point de vue mathématique, le coefficient directeur de la tangente en un point de la courbe des coûts ou plus précisément, la dérivée en un point de l’équation des coûts : coût marginal = (dt coût total/dt)/ (dt quantité/dt)

Exemple

Si cette même entreprise produit 1 001 unités pour 20 080 €, le coût marginal d’une unité est de 80 € (soit 20 080 € – 20 000 €) mais le coût moyen devient 20,06 € (20 080/1 001). Quand le coût marginal augmente, le coût moyen augmente.

Le prix de vente unitaire d’un produit sur un marché concurrentiel est une constante qui ne dépend pas de l’entreprise. On dit alors que le producteur est « preneur de prix ». En effet, le prix auquel il vendra sa production est celui que les demandeurs sont prêts à payer. S’il fixe un prix de 10 € l’unité alors que ses clients ne veulent pas payer plus de 8 €, il ne vendra pas ou devra baisser ses prix à 8 € pour écouler sa marchandise. Évidemment, ses prix unitaires ne doivent pas être inférieurs à ses coûts de production.

La décision du producteur de mettre en production dépend de la comparaison du coût moyen et du coût marginal par rapport au prix de vente unitaire. Les quantités optimales à produire correspondent soit à un optimum technique, soit à un optimum économique :

l’optimum technique est atteint quand le coût marginal est égal au coût moyen. Cela se produit quand le coût moyen est au minimum. Le profit est alors maximal ;

l’optimum économique est atteint quand le coût marginal est égal au prix unitaire de vente. Au-delà, il n’est plus rationnel de produire car chaque unité supplémentaire produite l’est à perte.

Si le coût moyen est supérieur au prix de vente unitaire, alors le producteur fait des pertes, de même si le coût marginal est supérieur au prix de vente unitaire.

Le choix du producteur se représente graphiquement de la façon suivante :

15493_Eco_Droit_F05_02_stdi

Pour aller plus loin

Pour bien comprendre le mécanisme, visionnez dans l’ordre ces deux vidéos :

Vous comprendrez alors pourquoi ces courbes ont ces formes particulières et ferez le lien avec vos cours de mathématiques. Vous saurez qu’il est possible de mettre le problème du choix des quantités à produire en équation et de le résoudre numériquement.

#vidéo

Les décisions du producteur (1)

foucherconnect.fr/19pbstmg13

#vidéo

Les décisions du producteur (2)

foucherconnect.fr/19pbstmg14

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.