Les dynamiques de peuplement

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S | Thème(s) : Aménager et développer le territoire français
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les dynamiques de peuplement
L•ES•S
 
 

FB_Bac_98612_Hge1_TT_033

33

77

1

Quelles sont les dynamiques de peuplement en France ?

1D’importants mouvements migratoires

AL’inégale distribution des flux migratoires

? Les flux migratoires coupent la France en deux. Le solde migratoire (différence entre les arrivées et les départs) est positif au Sud et dans l’Ouest, négatif dans le Nord, l’Est et le Centre.

? Les migrations suivent un modèle centre-périphérie : neuf déménagements sur dix se font en direction du littoral.

? Des redistributions s’effectuent à l’échelle locale depuis le littoral vers l’arrière-pays, des centres vers les banlieues. Un mouvement inverse s’effectue pour se rendre sur le lieu de travail (migrations pendulaires).

BDes facteurs économiques et sociaux

? L’Île-de-France concentre 40 % des migrations. On y vient poursuivre ses études ou rechercher un travail. On la quitte pour fonder une famille ou à l’âge de la retraite.

? Les migrations vers le Sud et l’Ouest s’expliquent par la recherche d’un meilleur cadre de vie (héliotropisme). Les migrations depuis l’Outre-mer vers la métropole ont diminué (sauf depuis la Guyane).

2La métropolisation du territoire

ALe renforcement des fonctions décisionnelles

La métropolisation est un processus mondial de concentration des activités d’encadrement et de services de haut niveau dans les principales villes. Par exemple, Paris concentre 45 % des emplois tertiaires supérieurs français.

BLes facteurs de la métropolisation

La métropolisation est une réponse à la mondialisation. Les fonctions d’encadrement, dissociées des fonctions de production, se situent dans les villes les mieux connectées.

CLes métropoles organisent le territoire

? La métropolisation se traduit par une polarisation du territoire autour de quelques grands centres qui bénéficient d’une aire d’influence plus ou moins étendue.

? Les métropoles régionales profitent depuis 30 ans de la politique de rééquilibrage (décentralisation) entre Paris et la province (à Nantes et à Lille). Leur place au cœur des réseaux de communication rapide leur permet de jouer un rôle central dans l’organisation de l’espace.

3Une France urbaine

AUne armature urbaine très hiérarchisée

? Les villes demeurent plus nombreuses à l’est d’une ligne Le Havre/Marseille.

? L’aire urbaine de Paris est de loin plus vaste et plus peuplée (12,2 millions d’habitants) que celle de Lyon (2,2 millions) ou de Marseille (1,7 million). Cette macrocéphalie parisienne caractérise le réseau urbain français en Europe.

? Les aires urbaines à plus forte croissance se situent dans l’arc dynamique périphérique qui va de la Bretagne (Rennes) à l’Alsace (Strasbourg) et au Sud (Montpellier).

BL’étalement des villes

? La métropolisation entraîne une redistribution des populations et des activités en périphérie : c’est l’étalement urbain.

? Les villes comme Paris ou Bordeaux sont moins peuplées que leur agglomération. Elles sont devenues multipolaires, avec de nouveaux centres dynamiques également appelés edge-cities.

? Les périphéries des agglomérations présentent une grande uniformité de paysages et de fonctions qui contraste avec la singularité des centres-villes.

Conclure

À toutes les échelles du territoire, les mobilités sont plus nombreuses. L’urbanisation se renforce au profit des métropoles régionales et de leurs périphéries.

>

>