Les éléments constitutifs d’une information

Merci !

Fiches
Classe(s) : Séries tertiaires - Séries industrielles | Thème(s) : Qu'est-ce qu'une information ?

A La situation de communication

La situation de communication met en action un émetteur diffusant un message destiné à un récepteur (celui qui le reçoit) :

l’émetteur est celui qui envoie le message ;

le récepteur est celui qui reçoit l’information sous une forme quelconque (lecture, audition) ;

le code représente la façon dont le message est envoyé : il est encodé par l’émetteur et doit pouvoir être décodé par le récepteur ; par exemple, un message envoyé dans une langue étrangère ne peut être décodé par le récepteur qu’à condition que celui-ci parle cette langue ;

le feed back offre la possibilité au récepteur de répondre à l’émetteur. Il devient donc, à son tour, émetteur actif. Cette réponse peut prendre différents aspects en fonction de la forme prise par le message et la sollicitation.

15845_P1_F3_IM1_HD

B Les critères constitutifs d’une information

Pour être considérée comme telle, une information doit répondre à certains critères et :

être factuelle : une information n’est ni un avis sur un sujet, ni une opinion. Elle doit rapporter le plus fidèlement possible les faits ou les situations sans porter de jugement ;

avoir un intérêt pour le plus grand nombre : l’information ne relève pas de l’anecdote, elle doit être susceptible d’intéresser le groupe auquel l’émetteur s’adresse ;

être fiable c’est-à-dire vérifiable et vérifiée. Sans cela, l’information ne peut être diffusable ni diffusée.

C Les critères de validation d’une information

Afin de valider une information, il est nécessaire de vérifier les points suivants :

la pertinence de l’information ;

l’identification de l’auteur ;

la crédibilité de l’auteur ;

la fiabilité de la source ;

la méthodologie appropriée : c’est-à-dire par quelle méthode en est-on arrivé à cette information. Deux informations peuvent paraître contradictoires si l’on ne regarde pas la méthodologie qui a présidé à cette conclusion ;

les niveaux de validité et les types de publications : où cette information a-t-elle déjà été publiée et quelle est la crédibilité de ces publications ? ;

l’objectivité de l’information ;

la corroboration de l’information : y a-t-il d’autres sources où la même information existe mais formulée différemment et dont le contenu puisse être comparé ? ;

l’actualisation et la mise à jour de l’information (source : CTREQ).

Remarque

Le journal Le Monde a récemment publié un article pour expliquer à ses lecteurs ce qu’est une source d’information. Par ailleurs, le journal a mis au point le Decodex, un outil visant à lutter contre la diffusion de fausses informations, et à aider les internautes à se repérer lorsqu’ils naviguent sur des sites Internet.

D Les circuits de l’information

Jusqu’à la révolution numérique, la dépêche avait pour rôle de donner une information de manière claire et neutre, ensuite reprise et retravaillée par les médias. Sa rédaction obéit à des règles strictes : répondre le plus brièvement possible et sans commentaire aux questions : qui, quoi, quand, où ? ; respecter une certaine hiérarchie : du plus important au moins important ; préciser les sources.

Les premières agences d’information sont apparues dès le XIXe siècle. L’invention du télégraphe par Samuel Morse en 1840 permet une diffusion rapide cette information, ce qui permet aux agences de se développer rapidement.

La presse connaît son grand développement au XIXe siècle, on parle de « civilisation du journal » (1815-1914). Malgré l’apparition de titres nouveaux et très engagés, comme Je suis partout de tendance nationaliste après la Première Guerre mondiale ou Le Monde (1944) après la Seconde Guerre mondiale, le retour à la paix en 1918 sonne le glas de la presse écrite.

Les actualités cinématographiques apparaissent dans l’entre-deux-guerres. C’est la grande époque des actualités cinématographiques qui disparaîtront avec l’apparition de la télévision.

La radio, née avant la Première Guerre mondiale, détrône rapidement la presse ; elle a considérablement évolué depuis les années 1970, en transformant les auditeurs en reporters. Europe 1 a ainsi créé son téléphone rouge, demandant à l’auditeur de témoigner d’un événement exceptionnel s’il y avait assisté ou participé.

La société de consommation fait entrer la télévision dans les foyers français. La création du journal télévisé date de 1949 ; à l’origine, les journaux télévisés ne traitaient que des sujets de proximité.

Les années 2000 ont popularisé Internet. Peu à peu, les médias traditionnels (journaux, chaînes de télévision…) ont compris l’intérêt d’être relayés par ce média. Parfois en grandes difficultés financières, certains médias ont bien négocié ce tournant. Aujourd’hui, quiconque peut mettre une information en ligne et ainsi être vu et lu. Vraie ou fausse, cette information est lue et relayée par des dizaines, voire des milliers de personnes. Cette situation pose la question de l’information vraie et vérifiée.