Les entreprises privées

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re STMG | Thème(s) : Comment appréhender la diversité des organisations ?

A Les critères de classification

Une entreprise privée est une unité économique, juridiquement autonome, organisée pour produire des biens ou des services sur un marché (Insee). Il existe une grande diversité d’entreprises, qu’il est possible de classer selon différents critères simples et facilement utilisables.

#vidéo

Quel statut juridique ?

foucherconnect.fr/19pbstmg55

À savoir

Les entreprises privées produisent des biens et des services marchands. Les biens et services marchands sont destinés normalement à être vendus sur le marché à un prix calculé pour couvrir leur coût de production (Insee).

Tableau de 2 lignes, 3 colonnes ;Corps du tableau de 2 lignes ;Ligne 1 : Le statut juridique; La taille; L’activité; Ligne 2 : Le droit distingue nettement l’entreprise commerciale individuelle (qui ne possède pas de personnalité juridique distincte de celle de la personne physique qui l’exploite) et la société commerciale (SNC, SARL, SA…).Certaines entreprises sont publiques (c’est-à-dire contrôlées par l’État), mais la plupart des entreprises appartiennent aux propriétaires de parts sociales. Dans certains cas (coopératives), l’entreprise appartient aux salariés.; Elle se définit en fonction du chiffre d’affaires, de la valeur ajoutée, du total du bilan (ensemble des moyens détenus) ou des effectifs.; Elle se détermine en fonction du secteur (même activité principale) ou de la branche (en divisant l’entreprise en autant d’unités qu’il y a de produits).;

B La création et la répartition des richesses

L’entreprise crée et répartit des richesses. La valeur ajoutée mesure la véritable richesse dégagée par l’entreprise à l’occasion de son activité de production.

Pour assurer sa pérennité (c’est-à-dire sa survie), l’entreprise doit satisfaire tous les acteurs qui l’ont aidée à réaliser son but et dont les intérêts ne sont pas toujours convergents. Elle répartit donc la richesse créée entre plusieurs bénéficiaires.

À SAVOIR

La valeur ajoutée se détermine de la façon suivante :

Valeur ajoutée = valeur de la production – valeur des biens consommés par le processus de production

Tableau de 6 lignes, 2 colonnes ;Corps du tableau de 6 lignes ;Ligne 1 : Bénéficiaires; Catégories de revenus; Ligne 2 : Salariés; Salaires; Ligne 3 : Organismes publics (État et Sécurité sociale); Impôts et cotisations sociales; Ligne 4 : Apporteurs externes de capitaux (banques); Intérêts; Ligne 5 : Apporteurs internes de capitaux (actionnaires); Dividendes; Ligne 6 : Entreprise elle-même; Autofinancement;

Les entreprises ont donc une finalité lucrative. Aucune entreprise ne peut survivre durablement en réalisant des pertes. La plupart des entreprises ont comme objectif premier le profit. Si l’on assimile le bénéfice au profit de l’entreprise, les dirigeants de l’entreprise ont le choix d’affecter ce bénéfice aux propriétaires (bénéfices distribués aux actionnaires) ou à l’entreprise elle-même (dans le but de financer de nouveaux investissements).

C La responsabilité sociale et environnementale (RSE)

Certains dirigeants et propriétaires d’entreprises considèrent qu’une firme ne peut avoir pour seule finalité la réalisation de profits : une entreprise a également une responsabilité sociale (à l’égard de ses salariés) et sociétale (à l’égard de son environnement). Les dirigeants doivent donc chercher à concilier les objectifs de l’entreprise avec ceux des salariés, des consommateurs, des riverains, etc. C’est l’enjeu du concept de « citoyenneté d’entreprise » qui se développe depuis les années 1970. Des auteurs comme Ramanantsoa ont montré qu’un comportement citoyen est devenu un impératif pour l’entreprise.

Pendant longtemps, le droit positif a considéré que la finalité d’une entreprise consistait uniquement à partager des bénéfices (Code civil, articles 1832 et 1833). Cette approche ignorait la responsabilité des entreprises à l’égard des différentes parties prenantes et plus généralement de leur environnement. La loi PACTE, promulguée le 23 mai 2019, ajoute à cette définition de l’entreprise la « considération des enjeux sociaux et environnementaux ».