Les fonctions de la poésie

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : La poésie, du Moyen Âge au XVIIIe siècle
 

L’écriture poétique a eu des fonctions variées au cours de son histoire. Si le lyrisme est certainement le mode d’expression privilégié de la poésie, il n’est évidemment pas le seul : la poésie peut aussi être didactique ou engagée.

I La poésie lyrique

1 L’origine musicale de la poésie

Mots clés

 Assonance : répétition du son vocalique.

 Allitération : répétition du son consonantique.

Le nom même de poésie lyrique dit bien son origine musicale (la lyre est une sorte de harpe). Celle-ci est encore vivace au Moyen Âge, où trouvères et troubadours continuent à composer une poésie mêlant paroles et musique, qu’ils désignent par le terme de chanson.

À partir du xive siècle, les poètes abandonnent peu à peu l’accompagnement musical et imaginent une poésie qui se fonde sur la seule musique de la voix, exploitant les ressources sonores (rimes, assonances, allitérations) et rythmiques (vers, accents) du langage.

2 Une énonciation subjective

Outre sa dimension musicale, le lyrisme se caractérise aussi par sa forte subjectivité : plus que tout autre genre, il est celui où le poète dit je, au point que certains auteurs ont pu donner une dimension nettement autobiographique à leurs poèmes, tel François Villon au xve siècle.

Mais il ne faut pas limiter la poésie lyrique à cette dimension personnelle. Lire ces poèmes comme des autobiographies serait réducteur, car ce serait passer à côté de l’universalité lyrique : en disant je, le poète parle aussi du lecteur, voire de l’homme en général.

Le je ne va d’ailleurs pas sans un tu : la poésie lyrique s’adresse souvent à un destinataire, que son identité soit précisée ou non. C’est particulièrement le cas de la lyrique amoureuse, qui interpelle la femme ou l’homme aimé, comme Ronsard dans de nombreux sonnets des Amours (1552).

3 Une poésie expressive

Dès le Moyen Âge, la poésie lyrique semble vouée à l’expression des sentiments. L’amour, la mort, la conscience du temps qui passe, la nostalgie, la solitude… sont ainsi parmi les thèmes privilégiés du lyrisme.

Mais la poésie lyrique ne se consacre pas seulement au moi du poète : elle sait s’ouvrir au monde pour exprimer la singularité du regard que le poète porte sur tout ce qui l’entoure.

II La poésie engagée

On appelle poésie engagée des œuvres dans lesquelles le poète prend position et met son art au service d’une cause (qu’elle soit politique, morale, sociale…) pour éveiller les consciences.

Elle apparaît généralement dans des contextes de tensions politiques : Agrippa d’Aubigné écrit ainsi Les Tragiques (1616) pour dénoncer les exactions commises par les catholiques durant les guerres de religion.

Plus largement, la poésie engagée peut englober tout texte poétique manifestant une dimension contestataire ou polémique, comme la satire qui critique les défauts d’individus ou de groupes sociaux et dénonce leurs ridicules.

III La poésie didactique

La poésie peut aussi avoir pour fonction de délivrer un enseignement : on parle alors de poésie didactique. C’est le cas, presque exemplairement, des Fables de La Fontaine (publiées entre 1668 et 1694), qui mettent les ressources de l’écriture poétique au service d’un enseignement porté par la morale.

La poésie didactique n’est pas seulement morale : elle peut être philosophique, comme l’Épître sur la philosophie de Newton (1736) ou le Poème sur le désastre de Lisbonne (1756) de Voltaire.

Enfin, l’objet de la poésie didactique peut être la poésie elle-même, lorsqu’il s’agit d’en définir les règles et principes. C’est le rôle dévolu aux arts poétiques, véritables traités pratiques, manuels de composition en prose ou en vers : le plus célèbre est certainement l’Art poétique de Boileau (1674).