Les grandes évolutions démographiques

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Économie et démographie
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les grandes évolutions démographiques

FB_Bac_98602_EcoT_ES_003

3

15

2

Quels phénomènes récurrents la démographie met-elle en évidence ?

1Les régularités statistiques

ALes lois biologiques

Les phénomènes démographiques sont d’abord des phénomènes biologiques.

 Ainsi, on peut constater que, pour toutes les sociétés et de tout temps, il existe une surnatalité masculine : il naît, aujourd’hui dans presque tous les pays, plus de garçons que de filles, la proportion étant d’environ 105 naissances de garçons pour 100 naissances de filles (sex-ratio).

 On peut également constater une surmortalité masculine : à tous les âges, les hommes meurent plus que les femmes. L’espérance de vie des femmes est donc plus élevée que celle des hommes (en France, l’écart d’espérance de vie est d’environ 7 ans).

BLes régularités sociales

 Il existe une surmortalité des catégories sociales les plus pauvres que l’on peut l’expliquer par des différences significatives de conditions de vie (alimentation, logement, travail). En outre, aujourd’hui, malgré l’amélioration des soins, les inégalités sociales face à la mort restent importantes : les catégories les plus favorisées se soignent mieux que les catégories défavorisées et ont aussi une espérance de vie supérieure.

 On peut observer une sous-fécondité des classes moyennes (professions intermédiaires, une partie des employés et des cadres supérieurs). On peut l’expliquer par une activité plus élevée des femmes, mais également par un changement de la place de l’enfant au sein de la famille. En effet, de nos jours, celui-ci fait l’objet d’un investissement éducatif qui alourdit son « coût », d’où une réduction du nombre d’enfants dans les classes moyennes.

2La transition démographique

AL’accélération de la croissance de la population mondiale

 Ce n’est qu’il y a trente à quarante mille ans, c’est-à-dire très tardivement dans l’histoire humaine, que la population a franchi le seuil d’1 million d’habitants. La croissance s’est alors poursuivie jusqu’à atteindre 1 milliard d’hommes vers 1800, 6 milliards en 1999, et plus de 7 milliards aujourd’hui.

 L’accélération de la croissance de la population mondiale est limitée à une période allant du xviiie siècle jusqu’aux années 1960.

 Depuis les années 1960, cette croissance tend à baisser. Cette période est appelée la transition démographique* : on passe d’un régime démographique traditionnel (taux de natalité et de mortalité élevés) à un régime démographique moderne (taux de natalité et de mortalité faibles).

BUne loi universelle

 Toutes les populations ont connu ou connaissent le processus de transition démographique. Celui-ci commence par une baisse de la mortalité alors que la natalité reste forte, entraînant ainsi une explosion démographique. Dans une seconde phase, la natalité tend à baisser, impliquant un ralentissement de la croissance de la population et un vieillissement de celle-ci.

 La transition démographique est une loi universelle touchant tous les pays, mais à des époques différentes. Au xviiie siècle, elle touche d’abord l’Europe et les régions alimentées par l’émigration européenne : l’Amérique du Nord et l’Amérique latine. Elle commence en Asie au cours des années 1920-1930, et est en cours en Afrique depuis les années 1990.

 D’une manière générale, on constate que plus la transition démographique est tardive, plus l’augmentation de la population tend à être élevée.

Conclure

On observe l’existence de lois démographiques, naturelles et sociales. La plus importante est la transition démographique.

>>