Les grandes évolutions démographiques

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Économie et démographie
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
&nbsp
Les grandes &eacute volutions d&eacute mographiques

FB_Bac_98602_EcoT_ES_003

3

15

2

Quels ph&eacute nom&egrave nes r&eacute currents la  d&eacute mographie met-elle en &eacute vidence  ?

1Les r&eacute gularit&eacute s statistiques

ALes lois biologiques

Les ph&eacute nom&egrave nes d&eacute mographiques sont d&rsquo abord des ph&eacute nom&egrave nes biologiques.

&thinsp Ainsi, on peut constater que, pour toutes les soci&eacute t&eacute s et de tout temps, il existe une surnatalit&eacute masculine  : il na&icirc t, aujourd&rsquo hui dans presque tous les pays, plus de gar&ccedil ons que de filles, la proportion &eacute tant d&rsquo environ 105  naissances de gar&ccedil ons pour 100  naissances de filles (sex-ratio).

&thinsp On peut &eacute galement constater une surmortalit&eacute masculine  : &agrave tous les &acirc ges, les hommes meurent plus que les femmes. L&rsquo esp&eacute rance de vie des femmes est donc plus &eacute lev&eacute e que celle des hommes (en France, l&rsquo &eacute cart d&rsquo esp&eacute rance de vie est d&rsquo environ 7  ans).

BLes r&eacute gularit&eacute s sociales

&thinsp Il existe une surmortalit&eacute des cat&eacute gories sociales les plus pauvres que l&rsquo on peut l&rsquo expliquer par des diff&eacute rences significatives de conditions de vie (alimentation, logement, travail). En outre, aujourd&rsquo hui, malgr&eacute l&rsquo am&eacute lioration des soins, les in&eacute galit&eacute s sociales face &agrave la mort restent importantes  : les cat&eacute gories les plus favoris&eacute es se soignent mieux que les cat&eacute gories d&eacute favoris&eacute es et ont aussi une esp&eacute rance de vie sup&eacute rieure.

&thinsp On peut observer une sous-f&eacute condit&eacute des classes moyennes (professions interm&eacute diaires, une partie des employ&eacute s et des cadres sup&eacute rieurs). On peut l&rsquo expliquer par une activit&eacute plus &eacute lev&eacute e des femmes, mais &eacute galement par un changement de la place de l&rsquo enfant au sein de la famille. En effet, de nos jours, celui-ci fait l&rsquo objet d&rsquo un investissement &eacute ducatif qui alourdit son &laquo   co&ucirc t  &raquo , d&rsquo o&ugrave une r&eacute duction du nombre d&rsquo enfants dans les classes moyennes.

2La transition d&eacute mographique

AL&rsquo acc&eacute l&eacute ration de la croissance de la population mondiale

&thinsp Ce n&rsquo est qu&rsquo il y a trente &agrave quarante mille ans, c&rsquo est-&agrave -dire tr&egrave s tardivement dans l&rsquo histoire humaine, que la population a franchi le seuil d&rsquo 1  million d&rsquo habitants. La croissance s&rsquo est alors poursuivie jusqu&rsquo &agrave atteindre 1  milliard d&rsquo hommes vers 1800, 6  milliards en 1999, et plus de 7  milliards aujourd&rsquo hui.

&thinsp L&rsquo acc&eacute l&eacute ration de la croissance de la population mondiale est limit&eacute e &agrave une p&eacute riode allant du xviiie  si&egrave cle jusqu&rsquo aux ann&eacute es  1960.

&thinsp Depuis les ann&eacute es  1960, cette croissance tend &agrave baisser. Cette p&eacute riode est appel&eacute e la transition d&eacute mographique*  : on passe d&rsquo un r&eacute gime d&eacute mographique traditionnel (taux de natalit&eacute et de mortalit&eacute &eacute lev&eacute s) &agrave un r&eacute gime d&eacute mographique moderne (taux de natalit&eacute et de mortalit&eacute faibles).

BUne loi universelle

&thinsp Toutes les populations ont connu ou connaissent le processus de transition d&eacute mographique. Celui-ci commence par une baisse de la mortalit&eacute alors que la natalit&eacute reste forte, entra&icirc nant ainsi une explosion d&eacute mographique. Dans une seconde phase, la natalit&eacute tend &agrave baisser, impliquant un ralentissement de la croissance de la population et un vieillissement de celle-ci.

&thinsp La transition d&eacute mographique est une loi universelle touchant tous les pays, mais &agrave des &eacute poques diff&eacute rentes. Au xviiie  si&egrave cle, elle touche d&rsquo abord l&rsquo Europe et les r&eacute gions aliment&eacute es par l&rsquo &eacute migration europ&eacute enne  : l&rsquo Am&eacute rique du Nord et l&rsquo Am&eacute rique latine. Elle commence en Asie au cours des ann&eacute es  1920-1930, et est en cours en Afrique depuis les ann&eacute es  1990.

&thinsp D&rsquo une mani&egrave re g&eacute n&eacute rale, on constate que plus la transition d&eacute mographique est tardive, plus l&rsquo augmentation de la population tend &agrave &ecirc tre &eacute lev&eacute e.

Conclure

On observe l&rsquo existence de lois d&eacute mographiques, naturelles et sociales. La plus importante est la transition d&eacute mographique.

>>