Les mondes arctiques : contraintes du milieu et intégration au système mondial

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Gérer les espaces terrestres
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les mondes arctiques : contraintes du milieu et intégration au système mondial

FB_Bac_98613_Hge2_TT_047

47

111

3

Les mondes arctiques sont un milieu contraignant pourtant concerné par la mondialisation.

1Les mondes arctiques

AUne définition des mondes arctiques (>dépliant,IXetX)

 L’Arctique comprend :

– l’océan Arctique (le plus petit des 5 océans) dont une grande partie est recouverte par une banquise épaisse et dont l’extension varie selon les saisons ;

– les terres arctiques qui englobent le Nord de l’Amérique (Canada, Alaska), le Nord de l’Europe et de la Sibérie (Russie), le Groenland (Danemark), le Svalbard (Norvège).

 Si l’océan Arctique est bien délimité, la frontière des régions arctiques terrestres est incertaine. Toutefois, on admet généralement comme limite la courbe isotherme des 10 °C au mois de juillet (le plus chaud).

BUne réserve d’eau douce

 L’inlandsis groenlandais abrite 9 % du volume des glaces d’eau douce de la planète.

 L’océan Arctique reçoit 11 % des eaux fluviales de la planète. Ces apports en eau douce diminuent la salinité de l’océan et alimentent la formation annuelle de la banquise.

CLes populations autochtones

Les populations arctiques vivent généralement le long des côtes : Inuits (150 000 personnes) en Alaska, au Canada et au Groenland, Sâmes (environ 60 000) majoritairement en Norvège. Les peuples de Sibérie (Nenets, Évènes…) forment une population d’environ 200 000 personnes.

2Les contraintes du milieu

AUn froid intense

 L’obliquité des rayons solaires et la durée de la nuit polaire (jusqu’à 6 mois par an pour les régions les plus au nord) provoquent un froid durable avec des températures très inférieures à 0 °C.


info Le permafrost occuperait environ 10 millions de km2 dont 2 millions seraient déjà affectés par le réchauffement climatique.

 Le sous-sol est gelé en permanence (pergélisol ou permafrost). Seule la surface dégèle en été, créant, au sud du cercle polaire nord, des lacs, des marais et des tourbières.

BUne végétation rare ou absente

Au sud des zones glacées, la végétation a du mal à s’enraciner. La toundra (lande composée d’arbrisseaux, de mousses et de lichens) et la forêt boréale (composée de conifères et de quelques feuillus) ne sont pas propices à l’agriculture : une grande partie de l’alimentation est importée.

CDes transports difficiles et coûteux

 La banquise est un obstacle important à la navigation (icebergs).

 L’hiver, les routes terrestres sont impraticables ou chaotiques. L’été, le dégel dans les régions les plus au sud transforme le sol en un bourbier impraticable et dégrade les routes.

3L’intégration au système mondial

 Depuis 1947, l’Arctique est une zone très militarisée. Pendant la guerre froide, il devient une frontière de la bipolarisation.

 Depuis 1973, le pétrole est exploité en mer Arctique et en Sibérie. Les grandes firmes se sont ruées vers ces terres riches en or, cuivre, nickel, uranium et cobalt. L’Alaska, le Nord canadien et la Sibérie ont ainsi vu se créer de vastes exploitations et des villes minières et industrielles.

 De nombreuses voies de communication, essentiellement maritimes et aériennes, ont été créées.

 Les chasseurs deviennent des pêcheurs ou les employés des immenses conserveries côtières. Les grands États industrialisés envoient d’énormes flottilles de chalutiers et de navires-usines dans les mers polaires.

Conclure

Malgré les contraintes du milieu, les mondes arctiques se sont progressivement intégrés au système mondial grâce à leur position stratégique et leurs ressources naturelles.

>>