Les mots clés de la littérature du xviie siècle

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 2
Les mots clés de la littérature du xviie siècle

FB_Bac_99066_Lit1_F29

29

Récap’ express

le baroque, la préciosité, le burlesque (1560-1660)

A Le baroque

Mouvement artistique qui se développe en Europe durant la période 1560-1660 et s’étend à tous les domaines (architecture, peinture, sculpture).

 À l’origine, le mot a un sens péjoratif (« baroque » qualifie une perle irrégulière), désignant un art très orné, voire surchargé, où se donnent libre cours la fantaisie et l’imagination.

 Plus tard, le terme désigne un style original où prédominent les équilibres instables, les lignes courbes, les trompe-l’œil et l’illusion. En littérature, le baroque privilégie le mélange des genres, les situations romanesques, les images brillantes et recherchées.

 Le baroque répond à une certaine conception de l’homme et du monde, considérés comme étant soumis à un mouvement perpétuel : tout se modifie, tout se transforme, tout change ; l’homme dispose d’une large liberté et peut prétendre agir sur ce monde. Conception qui s’oppose à l’idéal classique, selon lequel l’univers est immuable et achevé.

 Le baroque se manifeste aussi bien dans l’écriture burlesque que dans la manière précieuse.

B La préciosité

 Elle se développe dans les hôtels aristocratiques (tel que l’hôtel de Rambouillet) et les salons mondains.

 Elle procède d’un désir de s’élever au-dessus du vulgaire et se traduit par une recherche affectée de la distinction dans les manières (le costume s’orne de plumes et de dentelles), dans les sentiments (l’amour précieux, né de l’estime, ne peut unir que des âmes nobles), et dans le langage (langue châtiée, usage abondant de la périphrase).

C Le burlesque

 D’inspiration baroque, le burlesque désigne un mode d’écriture en vogue à l’époque de la régence d’Anne d’Autriche et de la Fronde (1643-1660).

 Le burlesque cultive l’art de la discordance et joue sur les effets d’opposition, en faisant parler un personnage sérieux ou héroïque dans un style bas ou vulgaire.

une philosophie : le cartésianisme (1596-1650)

Le cartésianisme fait référence à la méthode et à la doctrine de Descartes pour qui la raison est la faculté infaillible, seule capable de conduire à la vérité.

une esthétique : le classicisme (1660-1685)

 Le classicisme est un courant littéraire qui prône, à l’exemple des auteurs grecs et latins, un idéal d’équilibre, d’ordre et de mesure. Il s’oppose au baroque et au romantisme.

 Le classicisme obéit à des règles strictes fondées sur la raison (règle des unités au théâtre), faculté maîtresse qui permet d’éviter toute faute contre le bon goût et de contrôler les débordements de l’imagination ou de la sensibilité. L’écrivain classique doit respecter la vraisemblance et demeurer impersonnel : il s’attache à l’étude de l’homme en général, car il croit en une nature humaine indépendante des lieux et des temps. Il s’exprime en une langue pure, sobre et élégante.

 Cette esthétique correspond à une certaine conception du monde et de l’homme : celui-ci évolue dans un univers immuable et achevé et demeure soumis à la fatalité et aux lois inéluctables qui pèsent sur lui.

un type social : l’honnête homme

L’honnête homme correspond à un idéal humain dont le plus grand souci est de plaire. Il doit réunir toutes les qualités qui assurent le succès à la cour et dans les salons : culture générale mais sans pédanterie, délicatesse de goût, sûreté du jugement, galanterie, modestie…