Les mots clés de la littérature du xviiie siècle

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 2
Les mots clés de la littérature du xviiie siècle

FB_Bac_99066_Lit1_F42

42

Récap’ express

le combat des philosophes

Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers (1751-1772). Ouvrage de vulgarisation scientifique et philosophique consignant la somme des connaissances du xviiie siècle, avec dix-sept tomes de textes et onze tomes de planches. Diderot en assure la direction. Il regroupe autour de lui les principaux philosophes, Montesquieu, Voltaire, Rousseau, d’Alembert.

Esprit critique. Attitude d’esprit consistant à ne pas admettre d’emblée l’opinion d’autrui et à faire usage de sa raison.

Fanatisme. Le fanatisme est la disposition d’esprit de ceux qui, en matière religieuse, politique ou philosophique, ne tolèrent d’autres convictions que les leurs. Il engendre crimes et violences (guerres de Religion, exécution des hérétiques). Les philosophes se sont attachés en toute occasion à dénoncer ses méfaits.

Philosophes. Le mot désigne au xviiie siècle les écrivains qui se sont donné pour tâche de détruire les préjugés. Ébranlant ainsi les fondements de l’édifice social, moral et religieux, ils tentent d’instaurer un nouvel art de vivre fondé sur la liberté, la raison et la justice. En favorisant le développement de l’esprit critique, ils préparent la Révolution de 1789.

Philosophie des Lumières. Elle se fonde sur la raison pour juger de toute chose ; elle rejette les explications d’origine surnaturelle ; elle s’appuie sur l’expérience, et non sur la tradition, pour atteindre la vérité ; enfin, elle prône avant tout le respect absolu de la personne humaine (esprit de tolérance).

Préjugé. Le préjugé est une idée préconçue admise sans examen, avant jugement. Les philosophes du xviiie siècle combat­tent l’ignorance et les préjugés au nom de la raison.

Raison. Ce maître mot duxviiiesiècle désigne le principe suprême de connaissance. Elle est fondée sur l’examen critique de toute chose et vise à remettre en cause l’autorité ou la tradition.

Tolérance. La tolérance consiste à respecter l’opinion d’autrui et à lui laisser la liberté de l’exprimer, même si on ne la partage pas. Elle s’oppose au fanatisme et à la violence dans toutes ses formes.

théories et mouvements

Libertin. Au xviie siècle, le libertin (du latin libertinus, « affranchi ») désigne surtout un libre-penseur sceptique et méfiant à l’égard de tous les dogmes. Au xviiie siècle, le mot désigne davantage un personnage aux mœurs dissolues, affranchi de toute contrainte morale ou sociale.

Relativisme. L’invention du télescope et du microscope ouvre à l’homme de nouvelles perspectives, celles de l’infiniment grand et de l’infiniment petit. On s’aperçoit alors que tout est relatif : les êtres ne sont ni grands ni petits en soi, mais le sont par rapport à d’autres : c’est la doctrine du relativisme. Voltaire engage une réflexion sur le relativisme dans Micromégas.

Rousseauisme. Le terme fait allusion aux idées de Rousseau, pour qui l’homme est naturellement bon ; c’est la vie sociale et civilisée qui le pervertit et lui fait perdre son innocence.

genres et registres

Conte philosophique. Né au xviiie siècle, le conte philosophique est un récit court et plaisant, qui emprunte des traits au conte traditionnel mais qui est porteur d’une réflexion d’ordre moral ou philosophique. Voltaire, qui en est l’inventeur, en fait un instrument privilégié de critique sociale, politique ou religieuse. Le voile de la fiction permet en effet toutes les audaces.

Marivaudage.Style précieux, propre au théâtre de Marivaux. Le terme renvoie au langage nuancé et raffiné par lequel les personnages de Marivaux jouent avec la subtilité de leurs sentiments amoureux, les cachent ou se les cachent en raison des convenances sociales.