Les poèmes à forme fixe

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : La poésie du XIXe au XXe siècle : du romantisme au surréalisme
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les poèmes à forme fixe
 
 

FB_Bac_98609_Fra2_TT_034

34

75

4

Les poèmes à forme fixe sont composés sur un canevas formel très rigoureux, ne variant pas d’un auteur à l’autre, voire d’une époque à l’autre.

1Les formes médiévales

C’est au Moyen Âge que la majorité des formes fixes ont été définies?: les nombreux traités d’art poétique des xive et xvsiècles fixent les règles de composition de formes généralement héritées de la danse ou de la chanson.

ALa ballade

? Elle comprend généralement trois strophes suivies d’un envoi (= une demi-strophe). Chaque strophe s’achève par un refrain identique, et l’envoi nomme le dédicataire du poème : l’envoi de la célèbre « Ballade des Pendus » de François Villon, dédie le poème à « Prince Jésus ».

? La ballade connaît de nombreuses variantes. On distingue la petite ballade (trois huitains d’octosyllabes suivis d’un quatrain en envoi) et la grande ballade (trois dizains de décasyllabes suivis d’un quintil en envoi). Quant au chant royal, il comporte cinq strophes et un envoi.

BLe rondeau

? Il doit son nom à la ronde que l’on dansait lorsqu’on le chantait à l’origine. Sa forme a beaucoup varié. Il s’agit, généralement, d’un poème constitué de trois strophes d’octosyllabes ou de décasyllabes, développées sur deux rimes seulement, et comprenant un refrain.

CLe triolet

? Parfois considéré comme ancêtre du rondeau, il est fondé sur la répétition de vers entiers et ne comprend que deux rimes. Les deux premiers vers sont répétés tels quels en finale, et le premier est par ailleurs repris comme quatrième vers.

2Les formes de la Renaissance

Les poètes du xvisiècle ont rejeté les formes médiévales : Du Bellay les considérait comme de véritables « épiceries » qui « corrompent le goût de notre langue ». Ils ont exploité de nouvelles formes, telles que le sonnet ou l’ode.

ALe sonnet

? Il fut popularisé par l’italien Pétrarque et importé en France au début du xvisiècle, avec un succès immense.

BL’ode

? Elle n’est pas tout à fait une forme fixe, dans la mesure où sa composition n’obéit pas à des règles de construction très strictes. Néanmoins, on la considère comme telle car elle est généralement constituée de strophes identiques.

? Héritée de l’Antiquité et remise à la mode par les poètes de la Pléiade, elle est vouée à la célébration ou à la commémoration. Ainsi, Ronsard consacre une ode à son ami et protecteur Michel de L’Hospital ; en d’autres odes il célèbre la beauté de la nature et fait l’éloge d’une source, d’une alouette ou d’une forêt.

3Les formes du XIXsiècle

? Le xixsiècle renouvelle l’intérêt des poètes pour les formes fixes : s’ils reprennent à leur compte le sonnet, ils tentent également d’inventer (ou d’importer) de nouveaux modèles. C’est en particulier le cas du pantoum, forme d’origine malaise introduite dans la poésie française par les romantiques, comme Banville ou Hugo (« Pantoum malais », dans Les Orientales).

? Le pantoum comprend un nombre libre de quatrains à rimes croisées, généralement composés d’octosyllabes ou de décasyllabes. Un système de reprise relie une strophe à l’autre : le deuxième et le quatrième vers d’une strophe deviennent le premier et le troisième vers de la suivante.

Conclure

Le XIXsiècle est un moment charnière dans l’histoire des formes fixes poétiques : elles sont à la fois très populaires auprès des poètes, mais peu à peu contestées par la libération progressive des contraintes de la versification.