Les premières étapes d’un projet politique européen (1948-fin des années 1960)

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Gouverner à l'échelle continentale : le projet d'une Europe politique depuis 1948
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les premières étapes d’un projet politique européen (1948-fin des années 1960)

FB_Bac_98611_HisT_LES_037

37

85

2

Comment, à partir de 1948, les pays d’Europe occidentale tentent-ils de coopérer à l’échelle continentale pour éviter un nouveau conflit ?

1L’après-guerre, un contexte favorable à la construction européenne

AL’atlantisme aux origines de la construction européenne

 En 1945, les États européens prennent conscience de ce qui les unit : la démocratie libérale, le libéralisme économique et la volonté d’éviter une nouvelle guerre.

 Le 17 mars 1948, la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg signent le pacte de Bruxelles, traité de défense collective. Mais la protection militaire américaine (atlantisme) prévaut sur un projet européen autonome : le 4 avril 1949, dix États d’Europe de l’Ouest signent le traité de l’Atlantique Nord, fondateur de l’otan.

 L’Organisation européenne de coopération économique (oece), créée le 16 avril 1948, réunit les 16 pays bénéficiaires du plan Marshall. Elle renforce la coopération européenne.

BDeux visions de l’Europe politique

 Réunissant 17 pays européens, le congrès de La Haye (7-10 mai 1948) marque le début de la construction européenne. Les fédéralistes, favorables à un transfert partiel de la souveraineté des États à des institutions supranationales, s’y opposent aux unionistes, qui souhaitent une simple coopération économique entre les États (approche intergouvernementale).

 Les unionistes l’emportent dans les débats. Le congrès appelle à la libre circulation des marchandises, la coordination des politiques économiques, la mobilité de la main-d’œuvre. Les « pères de l’Europe » (Monnet, Schuman, De Gasperi, Spaak, Adenauer) ont conscience que le rapprochement des peuples ne pourra résulter que d’un lent processus.


citation « Ne soyons plus anglais ni français ni allemands. Soyons européens. » V. Hugo, 1887

2Un projet politique difficile à mettre en œuvre

ARéussites et échecs de l’Europe politique

 Le 9 mai 1950, le gouvernement français propose de créer une haute autorité franco-allemande pour la production de charbon et d’acier (plan Schuman). Sous une apparence économique, l’objectif est politique : des pays s’échangeant des produits stratégiques ne se font pas la guerre. Le 18 avril 1951, la Communauté européenne du charbon et de l’acier (ceca) est fondée par la rfa, l’Italie, la France, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas.

 Le traité de Communauté européenne de défense (ced), signé en 1952, naît de la nécessité d’envisager le réarmement de la rfa. Mais, le 30 août 1954, l’Assemblée nationale française en rejette la ratification, mettant ainsi fin au projet d’une union politique.

BLa construction d’une Europe avant tout économique

 Les pères de l’Europe misent désormais sur l’intégration économique comme préalable à l’union politique, ce qui aboutit aux traités de Rome (25 mars 1957) fondant la Communauté économique européenne (cee) et la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom).

 À partir de 1958, le général de Gaulle remet en cause l’alignement atlantiste. Il propose une Europe plus politique (plans Fouchet, 1961-1962) dans laquelle le Conseil, organe intergouvernemental, serait tout-puissant. Les autres pays s’y opposent, par peur d’une hégémonie française.

 En 1965, les décisions du Conseil se prennent non plus à l’unanimité mais à la majorité. De Gaulle paralyse la cee par la « politique de la chaise vide » jusqu’à ce que la règle de l’unanimité soit rétablie.

Conclure

De 1948 à la fin des années 1960, les pères de l’Europe échouent à construire une Europe politique. L’intégration économique, plus pragmatique et plus facile à réaliser, prend le dessus. Néanmoins, le projet européen permet à la paix de triompher.

>>