Les sondages

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : La participation politique
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
&nbsp
Les sondages

FB_Bac_98605_SspT_ES_027

27

59

1

Comment effectue-t-on des sondages  ? Quelle est leur fiabilit&eacute   ?

1D&eacute finition d&rsquo un sondage

&thinsp Selon la Commission des sondages (institution cr&eacute &eacute e en 1977 ayant pour mission de contr&ocirc ler la qualit&eacute et l&rsquo objectivit&eacute des sondages), un sondage est une &laquo   op&eacute ration visant &agrave donner une indication quantitative de l&rsquo opinion d&rsquo une population au moyen d&rsquo un &eacute chantillon repr&eacute sentatif de cette population  &raquo .

&thinsp Les sondages sont r&eacute alis&eacute s par des entreprises priv&eacute es  : les instituts de sondage. S&rsquo ils sont utilis&eacute s dans de nombreux domaines, ils sont particuli&egrave rement importants en p&eacute riode &eacute lectorale, car on leur accorde un r&ocirc le pr&eacute dictif  : ils permettraient de pr&eacute voir les r&eacute sultats des &eacute lections.

&thinsp Cette situation a amen&eacute les l&eacute gislateurs &agrave leur donner un cadre l&eacute gal en 1977. La loi vot&eacute e ne concerne que les sondages politiques  : elle d&eacute finit les r&egrave gles que les sondeurs et les m&eacute dias qui diffusent ces sondages doivent respecter.

2Le choix de l&rsquo &eacute chantillon

Dans un sondage, seule une partie de la population (l&rsquo &eacute chantillon) est cens&eacute e repr&eacute senter l&rsquo opinion de cette population. Cet &eacute chantillon doit donc &ecirc tre repr&eacute sentatif, c&rsquo est-&agrave -dire reproduire les caract&eacute ristiques socio-d&eacute mographiques de la population &eacute tudi&eacute e.

ALa constitution de l&rsquo &eacute chantillon

Il existe deux m&eacute thodes.

&thinsp La m&eacute thode des quotas est la plus utilis&eacute e car la moins co&ucirc teuse. Le principe est de construire un &eacute chantillon reprenant les caract&eacute ristiques de la population &eacute tudi&eacute e qui ont &eacute t&eacute au pr&eacute alable choisies.

Par exemple, soit une population de 1  000  000 de personnes dont 40  % sont des hommes et 60  % des femmes. Ces pourcentages repr&eacute sentent des quotas. Ainsi, un &eacute chantillon de 100  000 personnes doit &ecirc tre compos&eacute de 40  000  hommes et 60  000  femmes.

&thinsp La m&eacute thode al&eacute atoire consiste &agrave choisir les personnes de l&rsquo &eacute chantillon en les tirant au sort dans la population &eacute tudi&eacute e. Le principal inconv&eacute nient r&eacute side dans la difficult&eacute &agrave avoir un fichier complet et repr&eacute sentatif de cette population au moment de l&rsquo enqu&ecirc te.

BLa taille de l&rsquo &eacute chantillon

&thinsp Le nombre de personnes interrog&eacute es a des effets sur la pr&eacute cision des r&eacute sultats de l&rsquo enqu&ecirc te. Ainsi, plus l&rsquo &eacute chantillon est petit, plus la marge d&rsquo erreur est importante.

&thinsp On peut la r&eacute sumer dans le tableau suivant  :


Taille de l&rsquo &eacute chantillon


100


400


1  000


1  600


10  000


Marge d&rsquo erreur (en  %)


10


5


3


2,5


1

3Les sondages se trompent-ils  ?

&thinsp Alors que les sondages sont de plus en plus nombreux, la fiabilit&eacute de leurs r&eacute sultats est remise en question pour diff&eacute rentes raisons  : la mani&egrave re dont sont pos&eacute es les questions, la passation des questionnaires, le traitement des donn&eacute es, etc.

&thinsp Lors des &eacute lections municipales de mars  2014, les instituts de sondages ont &agrave nouveau &eacute t&eacute mis en cause car ils n&rsquo ont pas permis de pr&eacute voir la lourde d&eacute faite de la gauche et la nouvelle perc&eacute e du Front national.

Cependant, pour Renaud D&eacute ly, journaliste au Nouvel Observateur, la sous-estimation du vote Front national s&rsquo explique  : les &eacute lecteurs de ce parti ont encore du mal &agrave reconna&icirc tre leur vote lors des enqu&ecirc tes. De plus, la volatilit&eacute croissante de l&rsquo &eacute lectorat et l&rsquo importance de l&rsquo abstention &eacute lectorale* sont des facteurs qui biaisent les estimations des instituts de sondage.

&thinsp Pour Ga&euml l Sliman de l&rsquo institut bva, les grandes tendances d&eacute gag&eacute es sont le plus souvent exactes, m&ecirc me si les sondages contiennent toujours une marge d&rsquo erreur.

Conclure

Les sondages prennent de plus en plus d&rsquo importance au cours des campagnes &eacute lectorales. Cependant, ils sont contest&eacute s du fait des &eacute carts observ&eacute s avec les r&eacute sultats des &eacute lections, ce qui pose la question de leur fiabilit&eacute .

>>