Les stratégies de prix du monopole discriminant

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Stratégies d'entreprises et politique de concurrence dans une économie globalisée
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les stratégies de prix du monopole discriminant

FB_Bac_98602_EcoT_ES_016

16

39

4

Un monopole discriminant* est une situation de monopole sur le marché dans laquelle un produit est vendu à des prix différents.

1Les caractéristiques des monopoles discriminants

ALe monopole discriminant

 La discrimination par le prix est une pratique qui consiste à fixer différents prix pour le même bien (ou pour plusieurs biens similaires). On peut trouver comme exemples de discrimination par le prix les tarifs étudiants, les tarifs dégressifs, les rabais ou encore les coupons.

 La discrimination du premier degré introduit une discrimination parfaite : chaque consommateur achète chaque unité de bien en fonction de ses ressources.

 La notion de discrimination du second degré indique que le prix payé par chaque consommateur dépend du volume acheté.

 La discrimination du troisième degré correspond à une discrimination par segments ou classes de consommateurs, identifiables a priori.

BLes conditions du monopole discriminant

 La première condition qui permet au monopole de pratiquer une tarification discriminante est l’impossibilité pour un acheteur de revendre le bien : on parle de « non-transférabilité » des produits. Il s’agit d’empêcher les consommateurs disposant des prix les plus bas de concurrencer le monopole dans l’approvisionnement des autres consommateurs (billets de train achetés bon marché non échangeables).

 Alors que dans le cas général le monopole ne connaît que la demande globale, le monopole discriminant doit avoir une information parfaite sur la demande des consommateurs pour pratiquer la discrimination par les prix, soit à des consommateurs individuels soit à des segments de consommateurs (taux d’utilisation d’un équipement sportif collectif, par exemple).

2Les effets des monopoles discriminants

AMonopole discriminant et redistribution

 En principe, sur un marché de monopole, le prix de monopole entraîne un transfert de revenus en faveur du producteur et au détriment du consommateur, car il est plus élevé que celui du marché concurrentiel*. Mais la discrimination par les prix a des effets redistributifs, car elle avantage certains consommateurs qui ne pourraient acquérir un bien s’il était vendu au prix moyen de monopole. Dans certains cas, cet effet redistributif peut justifier l’existence du monopole public.

 La discrimination permet également au monopole d’élargir son offre et ainsi d’accroître son profit (cartes de fidélité, par exemple).

 Ainsi, le monopole discriminant peut avoir la même efficacité qu’un marché de concurrence pure et parfaite satisfaisant à la fois les consommateurs et les producteurs (optimum de marché).

BMonopole discriminant et tarification sociale

 Le secteur des télécommunications a connu ces dernières années deux mutations majeures : technologique (passage à l’ère numérique) et institutionnelle (passage d’une régulation s’apparentant à celle d’un monopole public à une régulation par la concurrence). Ces changements entraînent une redéfinition de la tarification qui allie équité sociale et efficacité économique (tarification sociale pour l’accès à Internet mise en place en 2011).

 La possibilité d’accéder au transport intérieur est devenue un droit depuis les années 1980, et ce droit a été réaffirmé par la loi Solidarité et renouvellement urbain (sru) en 2000. Tout bénéficiaire de la couverture médicale universelle complémentaire doit ainsi bénéficier d’une réduction (au moins 50 %) dans les transports urbains : le transport urbain collectif devient un monopole discriminant.

Conclure

Il existe plusieurs types de discrimination par les prix. La politique tarifaire de certains monopoles peut s’inscrire dans un contexte de redistribution des richesses.

>>