Les Temps modernes, Charlie Chaplin (1936)

Merci !

Fiches
Classe(s) : 3e | Thème(s) : 1910-1945 : L’art entre propagande et libertés


Présentez Les Temps modernes de Charlie Chaplin : évoquez son contexte de création, puis décrivez l’œuvre elle-même avant d’en donner une interprétation personnelle.

05275_FB_EO_F50

Charlie Chaplin, Les Temps modernes, 1936
Film (noir et blanc). Durée : 97 min.

1 Situer l’œuvre

 Charlie Chaplin (1889-1977) est un cinéaste qui écrit et produit des films dans lesquels il joue. Il en compose également la musique. Ses films sont comiques tout en étant engagés dans la défense des plus faibles.

 Après une enfance difficile en Angleterre où il est né, il reste sensible aux idées communistes aux États-Unis où il vit.

Les Temps modernes est le dernier film muet dans lequel apparaît Charlot, son personnage de vagabond immédiatement reconnaissable avec sa petite moustache, sa canne et son chapeau.

2 Observer et analyser l’œuvre

A Une journée à l’usine

 La séquence d’ouverture du film dure 17 minutes. Elle se déroule dans un lieu unique, une usine minutieusement décrite : l’entrée avec les machines à pointer, la salle des machines, le bureau du patron, la chaîne de montage et même les toilettes.

 Les personnages sont tous liés au monde de l’usine et l’action est limitée à une journée (unité de temps).

B Un repas mécanisé

 La pause-déjeuner est un grand moment de burlesque, où la machine à manger devenue folle martyrise Charlot, impuissant.

 L’ouvrier est lui aussi pris de folie à cause de la cadence de son travail, toujours accélérée.

3 Interpréter l’œuvre

A Le choix du burlesque

 Ce film témoigne de la volonté de Chaplin de conserver le caractère burlesque présent dans ses films antérieurs : le rire repose sur le comique de geste et sur des situations improvisées, non écrites dans le scénario.

 Les gestes répétitifs font rire quand ils deviennent absurdes.

B La satire du travail à la chaîne

 Le cinéaste se méfie du cinéma parlant : seules quelques paroles sont prononcées par les personnages antipathiques tandis que les ouvriers restent muets.

 Chaplin dénonce, par la satire, les conditions très dures des travailleurs à la chaîne, traités comme des bêtes par un patron tout-puissant.

Pour ouvrir et conclure

Comme Les Temps modernes, de nombreux films ont dénoncé la violence subie par les ouvriers dans le monde, parmi lesquels :

Metropolis de Fritz Lang (Autriche, 1927) : une femme-robot déclenche la révolution dans une mégapole où la population ouvrière est exploitée.

À nous la liberté de René Clair (France, 1931) : film dont Chaplin s’est inspiré et qui dénonce le travail à l’usine où les ouvriers sont habillés comme des détenus.

Les Raisins de la colère de John Ford (États-Unis, 1940) : adaptation du roman de J. Steinbeck. Il dénonce la confiscation des terres des paysans américains endettés.