Les troubles musculo-squelettiques

Merci !

Fiches
Classe(s) : Séries tertiaires - Séries industrielles | Thème(s) : Effets physiopathologiques des risques professionnels et prévention

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont l’un des principaux troubles de l’appareil locomoteur pour lesquels l’activité professionnelle peut jouer un rôle dans leur apparition, leur maintien ou leur aggravation. La prévention permet de réduire ce risque.

1 Les principaux TMS


Les troubles musculo-squelettiques désignent un ensemble d’atteintes douloureuses des tissus mous que sont les muscles, nerfs, tendons, ligaments situés autour des articulations. Ils concernent toutes les articulations. Ils sont répertoriés dans les tableaux des maladies professionnelles (exemples : hygroma, tendinite, syndrome du canal carpien).

PB_Bac_13536_PSEpro_TT_10_doc5

2 Les causes et facteurs aggravants des TMS


Les principales causes des TMS résultent de la conjonction de différents facteurs :

- biomécaniques (efforts excessifs, forte répétitivité des gestes...) ;

- psychosociaux (situation de travail génératrice de stress, relations inter­professionnelles…) ;

- individuels (âge, état de santé…).

D’autres facteurs comme le bruit, la température ou les vibrations peuvent majorer le risque d’apparition des TMS.

3 La comparaison d’une articulation saine et d’une articulation atteinte de TMS


Elle met en évidence les signes à l’origine des symptômes des TMS que sont la douleur et les difficultés à mobiliser l’articulation atteinte (exemple : inflammation de la bourse séreuse dans le cas d’une bursite).

PB_Bac_13536_PSEpro_TT_10_doc6

4 Les mesures de prévention


Pour diminuer les TMS au travail, une démarche de prévention efficace consiste en une approche globale des situations de travail. Ce travail d’analyse permet d’aboutir à une transformation des situations de travail en agissant sur :

- la conception des outils, des produits : utilisation d’outils en bon état et adaptés au travail, d’aides à la manutention pour diminuer les efforts et permettre le confort ;

- le poste et l’espace de travail : aménagement et adaptation des locaux en lien avec le contenu du travail, création d’espaces de travail et de circulation suffisants pour les opérateurs ;

- l’organisation du travail : renforcement du travail collectif, augmentation de l’autonomie (ou marges de manœuvre) laissée aux salariés pour les impliquer davantage et les motiver… ;

- la formation et l’information des salariés à la gestion du stress, aux gestes de compensation…