Les valeurs de l’humanisme


Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re L | Thème(s) : Humanisme et Renaissance
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Les valeurs de l’humanisme
•1reL

FB_Bac_98608_Fra1_TT_051

51

117

1

On peut reconnaître l’humanisme de la Renaissance au partage de certaines valeurs.

1Éducation et savoir encyclopédique


citation « Ils étaient si bien éduqués qu’il n’y avait aucun ni aucune d’entre eux qui ne sache lire, écrire, chanter, jouer d’instruments de musique, parler cinq ou six langues… » F. Rabelais, 1534

 C’est un homme cultivé, équilibré et ouvert sur le monde que cherche à construire l’éducation humaniste.

 « Que rien ne te soit inconnu » écrit Gargantua à son fils Pantagruel dans une longue lettre qui lui détaille son programme d’études (Rabelais, Pantagruel, 1532). Langues anciennes, histoire, mathématiques, musique, astronomie, droit, sciences naturelles, médecine, hygiène, éducation physique, philosophie, tel est le programme idéal de tout lettré qui doit devenir « un abîme de science ».

 Mais il ne s’agit pas d’être savant pour être savant : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme » comme le rappelle Gargantua dans la même lettre. Il faut aussi acquérir sagesse et vertus morales pour vivre dans le monde.

 Une pédagogie empirique est privilégiée. Bernard Palissy (1510-1590), artiste céramiste et savant, rappelle que les connaissances livresques ne servent de rien si elles ne s’appuient pas sur des expérimentations.

2Un idéal politique

 Érasme, dans son Éloge de la folie (1511), se livre à l’exercice de l’éloge paradoxal. Il s’attaque aux défauts des hommes mais aussi aux princes :

Représentez-vous maintenant le Prince tel qu’il est fréquemment. Il ignore les lois, est assez hostile au bien général, car il n’envisage que le sien ; il s’adonne aux plaisirs, hait le savoir, l’indépendance et la vérité, se moque du salut public et n’a d’autres règles que ses convoitises et son égoïsme.

 À ce même principe renvoient ces vers pour Charles IX :

Sire, ce n’est pas tout que d’être Roi de France,

Il faut que la vertu honore votre enfance.

Un Roi, sans la vertu, porte le sceptre en vain

Pierre de Ronsard, Institution pour l’adolescence de Charles IX, 1562.

3Un idéal de liberté

 L’idéal de liberté est mis en récit dans les utopies(>fiche36).

 La seule règle que connaisse l’abbaye de Thélème dans le Gargantua de Rabelais est « Fais ce que tu voudras », « parce que les gens libres, bien nés, bien éduqués, vivant en bonne société, ont naturellement un instinct, un aiguillon qu’ils appellent honneur et qui les pousse toujours à agir vertueusement et les éloigne du vice ».

4Beauté et amour : une conception philosophique

 Les humanistes subissent l’influence de Marsile Ficin (1433-1499) dont la traduction du Banquet de Platon met le néoplatonisme à l’honneur.

 Le thème de l’idéal féminin se teinte de philosophie : par le culte de la Beauté et de l’Amour pur, l’âme s’élève jusqu’aux Idées et aux Essences, passant du monde de l’illusion à celui du souverain bien.

 La poésie est la voie privilégiée vers ce monde supérieur.

5Un idéal confronté à la réalité

 Mais les guerres fratricides de religion vont ébranler la foi en l’homme et en ses valeurs, et teinter l’humanisme de scepticisme.

 Montaigne s’interroge par exemple dans ses Essais :

Est-il possible de rien imaginer d’aussi ridicule que cette misérable et chétive créature, qui n’est pas seulement maîtresse de soi, exposée aux offenses de toutes choses, se dise maîtresse et impératrice de l’univers, duquel il n’est pas en sa puissance de connaître la moindre partie, tant s’en faut de la commander ?

Conclure

L’humanisme est un mouvement caractérisé par l’ouverture : ouverture au monde, ouverture à l’autre. Mais ces valeurs positives, qui s’expriment souvent par l’utopie, n’empêchent pas la conscience aiguë des problèmes.

>>