Marivaux, Les Fausses Confidences

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Marivaux, Les Fausses Confidences - Théâtre et stratagème


Dans Les Fausses Confidences, Dubois est un valet rompu à l’art du stratagème, qu’il met au service d’un ancien maître amoureux. Le spectateur devient complice de la machination qui se déploie sous ses yeux.

I Connaître l’œuvre

1 L’auteur et le contexte

Journaliste fasciné par les mœurs de son époque, Marivaux se tourne rapidement vers le théâtre. S’inspirant de la commedia dell’arte, il connaît le succès avec Arlequin poli par l’amour en 1720.

Dramaturge prolifique, il collabore de manière fructueuse avec la troupe des Comédiens-Italiens : il leur fait notamment jouer Le Jeu de l’amour et du hasard en 1730 et Les Fausses Confidences en 1737.

mot clé

La commedia dell’arte, genre théâtral d’origine italienne, se fonde sur des types comiques (comme Arlequin) et sur l’improvisation.

2 La composition et les enjeux

L’intrigue se fonde sur l’amour que ressent Dorante, jeune homme ruiné, pour la jeune et belle veuve Araminte, dont il devient l’intendant.

L’astucieux Dubois, ancien valet de Dorante désormais au service d’Araminte, multiplie les menées afin de servir son ancien maître sous le manteau. Ses « fausses confidences » produisent l’effet escompté : Araminte accepte finalement l’amour sincère de Dorante.

L’œuvre interroge l’authenticité des sentiments, à travers un langage raffiné propre à exprimer les subtilités de la naissance de l’amour : c’est le marivaudage.

II Comprendre le parcours

1 Des stratagèmes pour faire triompher l’amour

Dans la comédie classique, le stratagème vient au secours de l’amour sincère. Ainsi, dans L’Avare de Molière (1668), Valère multiplie les ruses afin de conquérir Élise contre l’avis de son père. Dans Le Barbier de Séville (1775), Beaumarchais fait de Figaro l’adjuvant des amours du Comte et de Rosine face à Bartholo, véritable tyran domestique.

Chez Marivaux, le stratagème permet aux cœurs de se révéler : c’est le cas dans Les Fausses Confidences comme dans Le Jeu de l’amour et du hasard, où le travestissement réciproque des maîtres et des valets conduit les personnages à s’avouer leurs vrais sentiments.

La plupart des stratagèmes ont une issue heureuse. Ils peuvent cependant se retourner contre ceux qui les mettent en œuvre. Madame Argante, qui machine le mariage d’Araminte avec le Comte, subit avec colère la décision finale de sa fille.

2 L’art du stratagème

Dans la comédie classique, le stratagème est en général mis en œuvre par un domestique rusé. Dubois, meneur de jeu hors pair dans Les Fausses Confidences, est ainsi l’héritier d’une longue tradition de valets et de servantes qui, par leur habileté et leurs ruses, peuvent prétendre rivaliser avec leurs maîtres.

Citation

« Plus de raisonnement : laissez-vous conduire, » lance Dubois à Dorante (acte III, sc. 1). Le valet se veut le maître de la machination.

Pour arriver à leurs fins, ces personnages se travestissent et jouent la comédie : ainsi Toinette se déguise en médecin dans Le Malade imaginaire (1673) afin de faire entendre raison à Argan ; dans Les Fourberies de Scapin (1671), le valet contrefait plusieurs accents afin de bastonner librement son maître.

Chez Marivaux, les détours du langage tout autant que le travestissement jouent un rôle clé : le spectateur complice prend plaisir à voir prendre corps le stratagème à travers un jeu de demi-mensonges et de « fausses confidences ».

Annabac est gratuit en septembre !

Inscris-toi pour en profiter.