Mobilités, flux et réseaux

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : La mondialisation en fonctionnement
Corpus Corpus 1
Mobilités, flux et réseaux

FB_Bac_98610_GeoT_LES_014

14

35

3

(>dépliant,IetII)

Comment la mondialisation dessine-t-elle un nouvel espace mondial ?

1L’intensification des flux de biens

ADes échanges de marchandises triplés depuis 1990


chiffre clé Les matières premières énergétiques représentent seulement 8 % des échanges mondiaux de marchandises, mais restent très stratégiques.

81 % des échanges mondiaux concernent les biens matériels.

 Parmi ceux-ci, la part relative des matières premières (22 % environ) ne cesse de diminuer, en particulier celle du trafic de produits agricoles.

 Les produits manufacturés représentent 78 % des échanges de marchandises. Il s’agit aussi bien de produits à faible valeur ajoutée (textile) que de produits de haute technologie, dont la part ne cesse d’augmenter.

BLes échanges immatériels en forte hausse

Les flux de biens immatériels représentent 19 % du commerce mondial et sont en pleine expansion. Ils sont de natures très diverses : services, transferts financiers, informations, culture, etc. Ils transitent immédiatement via les réseaux de télécommunications.

2L’accroissement des mobilités humaines

ALe tourisme

 Les mobilités touristiques concernent plus de 1 035 millions de personnes en 2012. Elles sont d’abord le fait des populations des pays développés, et génèrent des flux de proximité Nord-Nord.

 Le tourisme, fortement lié à la conjoncture économique et géopolitique, est soumis à de fortes fluctuations.

BLes migrations économiques

 Les populations les mieux formées sont attirées par les pays les plus développés : c’est le brain drain (fuite des cerveaux), dont les États-Unis sont les principaux bénéficiaires.

 Parmi les plus pauvres, certains cherchent à s’installer dans les pays riches et développés, principalement l’Amérique du Nord et l’Union européenne. Les pays du golfe Persique sont aussi un important pôle de réception.

 Ces migrations de la pauvreté, au contraire du brain drain, sont soumises à de nombreuses restrictions politiques et économiques. Les frontières, qui s’effacent pour les marchandises, sont des barrières souvent difficiles à franchir pour les plus pauvres.

CLes flux de réfugiés

 Les déplacements contraints sont essentiellement liés à la guerre et concernent surtout les pays en développement. Ces flux sont principalement Sud-Sud, car ils se font sur des distances relativement courtes.

 Les réfugiés climatiques sont de plus en plus nombreux.

3Un monde en réseau(x)

 En créant des flux intenses, la mondialisation met en relation étroite les différents espaces de la planète. Mais ces liaisons sont sélectives et hiérarchisées.

 En effet, certains territoires entretiennent entre eux, au-delà de la distance, des rapports privilégiés. C’est le cas en particulier entre les trois pôles de la Triade : le plus puissant réseau de l’espace mondial unit ces trois espaces moteurs de l’économie mondiale (Amérique du Nord, Europe occidentale et Asie orientale), qui sont donc les principaux « nœuds » de l’espace mondial.

Des pôles émergent et s’insèrent dans des réseaux secondaires qui les unissent aux trois pôles de la Triade : c’est le cas de l’Inde, du Brésil ou de l’Afrique du Sud.

 Inversement, des espaces sont marginalisés, et appartiennent seulement à des réseaux mineurs. C’est le cas, par exemple, de l’essentiel de l’Afrique subsaharienne.

Conclure

L’espace mondial est maillé par des réseaux intensément parcourus par des flux de biens matériels, de biens immatériels et d’hommes. Il est hiérarchisé : les espaces moteurs sont toujours plus reliés entre eux, tandis que de vastes espaces restent marginalisés.

>>