Mumbai, une mégapole en réaménagement

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle L - Tle ES | Thème(s) : L'Asie du Sud et de l'Est : les enjeux de la croissance
Corpus Corpus 1
Mumbai, une mégapole en réaménagement

FB_Bac_98610_GeoT_LES_037

37

85

1

(>dépliant,XII)

Pour quelles raisons Mumbai est‑elle une mégapole et une ville mondiale ? Quelles sont les conséquences sur l’espace urbain ?

1Mégapole et métropole

AUne mégapole en croissance

 La croissance de l’agglomération de Mumbai est foudroyante : 1 million d’habitants en 1911, plus de 22 millions aujourd’hui. Elle sera la plus peuplée du monde d’ici 2020.

 Mumbai est aussi une ville compacte, une ville de l’ultra-densité : 35 000 hab./km², avec des pics à 100 000.

 Le site est cependant fort peu commode : un ensemble d’îlots reliés les uns aux autres, la « island city ». Ces contraintes expliquent un développement spatial gigantesque, sur plus de 60 km du sud au nord.

BUne métropole majeure

Capitale de l’État géant du Maharashtra (116 millions d’habitants), Bombay est rebaptisée Mumbai en 1996.

 C’est la métropole la plus riche de l’Inde : elle en assure 5 % du pib, 25 % de l’industrie, 40 % du trafic portuaire international et 70 % des flux de capitaux.

 Son influence sur l’économie indienne se mesure au degré de contrôle que le capitalisme local exerce sur le reste du pays.

CUne ville mondiale ?

 Bombay fut dès l’origine une ville de la mondialisation. Sa situation sur l’océan Indien explique son succès : au xixe siècle, elle fut l’interface privilégiée entre la métropole britannique et l’empire des Indes.

 Mumbai est toujours la porte d’entrée de l’Inde sur le monde, rassemblant les sièges sociaux des multinationales indiennes et la plus grande bourse régionale. Un aéroport international la relie à l’archipel mégalopolitain mondial.

 Le soft power est bien représenté : Bollywood, capitale du cinéma indien, premier cinéma mondial en nombre de films.

2Un espace en réaménagement constant

AGentrification et métropolisation

 Les mutations spatiales de cette mégapole engorgée sont liées à son accession au rang de ville mondiale.

 Les classes populaires sont chassées du centre d’affaires et repoussées vers les banlieues : c’est la gentrification.

Mumbai-centre perd des habitants : – 5,75 % entre 2001 et 2011, alors que les banlieues proches gagnent 8 % et les banlieues lointaines 36 %. Le centre garde les activités haut de gamme.

BL’industrie repoussée en périphérie

 Au commencement était le textile : en 1853, Bombay voit la création de la première filature de coton, activité à laquelle les importations britanniques assureront le succès.

 Aujourd’hui, Mumbai reste une grande ville industrielle, bien servie par un port en eau profonde. Presque toutes les branches sont représentées : industries chimiques et pétrolières, automobiles, machines-outils.

 La métropolisation oblige les ateliers à la fermeture et repousse le corridor industriel vers la banlieue nord jusqu’à Delhi.

CAménagement et desserrement sur le Greater Mumbai


chiffre clé Aux heures de pointe, Western et Central Railways déversent au centre-ville 2 000 voyageurs par minute.

 Mais l’engorgement demeure. La ville est l’une des plus polluées au monde.

 Les projets d’aménagement se succèdent. Les banlieues nord poursuivent leur extension et une ville nouvelle a été implantée de l’autre côté de la baie : Navi Mumbai.

 D’autres projets améliorent et modernisent les infrastructures : trois lignes de métro, monorail aérien, systèmes de conduite ferroviaire automatisée…

Conclure

Porte d’entrée de la puissance indienne émergente, Mumbai est une mégapole en forte croissance dont s’affirment les fonctions mondiales. Cette évolution génère d’importants processus spatiaux qui restructurent l’espace urbain.

>>