Pour analyser le texte théâtral : les principaux outils

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Le théâtre, texte et représentation
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Pour analyser le texte théâtral : les principaux outils

FB_Bac_98608_Fra1_TT_027

27

63

4

Du texte à la scène : les éléments constitutifs du texte théâtral.

1Le texte théâtral

ALe dialogue

 On appelle répliques les prises de paroles des personnages. Leur longueur est variable.

 Dans le monologue, un personnage seul sur scène prend la parole. Le destinataire est le public. Le monologue peut avoir :

– une fonction délibérative : analyse d’une situation, exposition d’une difficulté devant une prise de décision ;

– ou une fonction épique : récit d’événements que le spectateur ne voit pas sur scène ;

– ou une fonction lyrique : expression des sentiments.

Les fonctions délibérative et lyrique se rejoignent pour exprimer le dilemme.

 L’aparté est une réplique qu’un personnage prononce à l’insu des autres personnages ; en général, il est court et sert le comique. La tirade est une longue réplique. La stichomythie est une succession de répliques rapides et vives, en principe d’un vers. On étend le terme à tout échange de répliques brèves.

BLa structure d’une pièce

Une pièce de théâtre est généralement composée de cinq actes, mais leur nombre est variable selon le genre ou l’époque.


Exposition


Elle est ce par quoi la pièce débute. Elle doit donner les informations nécessaires à la compréhension du spectateur : quand ? où ? qui ? quoi ?


Obstacle


Il est ce par quoi l’action arrive.


Nœud


Il correspond au moment où l’intrigue semble inextricablement emmêlée


Dénouement


Il correspond à la fin de la pièce. Tous les conflits doivent être résolus. On parle de deus ex machina quand le dénouement ne semble pas naturel mais est provoqué par une intervention extérieure.

2La scène

AUn texte incarné

 Le passage du texte à la scène crée un monde tangible. Il n’est pas anodin : le choix d’une couleur, d’une lumière construit le sens et a une valeur symbolique.

 Les vêtements informent sur le statut social, sur le caractère de celui qui les porte. Que Phèdre porte une robe rouge passion, ou qu’elle soit voilée de noir en dit long sur l’interprétation du metteur en scène.

 Que l’acteur incarnant Tartuffe soit « gros et gras, le teint frais et la bouche vermeille » comme le présente Dorine, ou un acteur au physique ascétique change le sens du personnage, voire de la pièce.

BDes choix de mise en scène

 Le décor (et les costumes) peut être en concordance avec le temps et le lieu de l’intrigue On peut aussi jouer le décalage : choisir des costumes d’aujourd’hui pour une pièce du xviie siècle permet de l’actualiser. (>fiche22)

 Pour une même pièce, les décors peuvent être chargés ou sobres. On cherche à mimer le réel, à installer la pièce dans un univers réaliste pour faire marcher l’illusion. Ou, inversement, on vide la scène d’accessoires jugés inutiles : le théâtre du xxe siècle aime les décors épurés suggérant le sens.

CL’espace théâtral

 Il y a trois types d’espace : l’espace référentiel, lieu de l’action ; l’espace scénique, la scène proprement dite où jouent les acteurs ; le « hors-scène », lieu d’origine ou de destination des personnages.

 L’occupation de l’espace scénique par les personnages peut renforcer le schéma actantiel (>fiche10) et expliciter leur fonction : ils peuvent être au centre de la scène, par groupes d’opposants, au second plan du plateau…

Conclure

Pour bien analyser un texte théâtral, il faut étudier le dialogue. Mais il faut aussi être attentif à la mise en scène que suggère le texte.

>>