Qu’est-ce qu’une politique de la concurrence ?

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES | Thème(s) : Stratégies d'entreprises et politique de concurrence dans une économie globalisée
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Qu’est-ce qu’une politique de la concurrence ?

FB_Bac_98602_EcoT_ES_019

19

49

5

Quel est le rôle de la politique de la concurrence et comment est-elle mise en œuvre ?

1Les objectifs

AGarantir le libre fonctionnement du marché

 Source de compétition entre les producteurs, la concurrence incite à l’effort et à la recherche constante d’une meilleure compétitivité, obligeant les entreprises à innover et à accroître leur productivité.

 Pourtant, l’application des principes concurrentiels conduit à l’élimination des firmes les moins performantes et à la constitution de marchés oligopolistiques, voire monopolistiques (>fiches14 à 17), souvent économiquement moins efficaces.

 La politique de la concurrence* est donc un moyen de protéger la libre concurrence et réguler le marché. Elle se définit comme l’ensemble des institutions et des réglementations juridiques garantissant le respect des principes concurrentiels.

BProtéger les consommateurs

citation « Les membres d’une même corporation se rencontrent rarement, mais quand cela arrive, la conversation ne tarde pas à tourner à la conspiration contre le public, ou à une manipulation des prix. » A. Smith, 1776

 En assurant l’exercice d’une libre concurrence entre les entreprises, la politique de la concurrence a comme objectif d’assurer le bien-être des consommateurs.

 À la différence des marchés oligopolistiques et monopolistiques, un marché concurrentiel* dynamise la compétition entre les entreprises dont les effets sont, en principe, favorables aux consommateurs (prix plus faible, meilleure qualité et plus grande diversité des produits).

2Les modalités

AChamps d’action et instruments

 La politique de la concurrence menée par l’Union européenne et les États recouvre principalement trois champs d’action.

  • Elle contrôle l’évolution des structures de marché en évitant qu’une entreprise n’accède à une position de monopole*, ou encore en luttant contre les abus de position dominante*.
  • Elle contrôle les accords entre entreprises qui fausseraient le libre jeu de la concurrence, par exemple, la mise en place d’un cartel de producteurs*.
  • Dans le cadre d’accords internationaux (Union européenne, Organisation mondiale du commerce), les autorités de la concurrence* surveillent l’attribution par les États d’aides ou de subventions aux entreprises (>fiche21).

 Les organismes publics ont à leur disposition de multiples instruments de prévention et de répression : amendes, accords préalables ou interdictions pour certaines opérations de concentration, et sanctions pénales dans les situations les plus graves. En 2014, la Commission européenne a condamné cinq fournisseurs automobiles à verser une amende de 953 millions d’euros pour entente.

BLes difficultés de mise en œuvre

 Pour contrôler correctement certaines opérations de concentration, il est essentiel de parvenir à caractériser le marché pertinent*. Un des critères de délimitation du marché est la substituabilité de la demande (l’accès des consommateurs à des produits de substitution ou à d’autres fournisseurs).

 Une autre limite réside dans la capacité des entreprises à dissimuler les stratégies d’ententes. Il s’agit alors pour les autorités de la concurrence de démontrer l’existence d’accords passés secrètement entre plusieurs entreprises.

 Enfin, les politiques de la concurrence peuvent entrer en contradiction avec d’autres politiques économiques, notamment la politique industrielle lorsqu’il s’agit de contribuer au développement de grandes entreprises nationales, les « champions nationaux ».

Conclure

La politique de la concurrence vise à garantir la libre concurrence sur le marché. Cependant, cette politique s’avère difficile à mettre en œuvre.

>>