Quelques phénomènes de société

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL - Tle ES ... | Thème(s) : Histoire, économie et société

Les syndicats (die Gewerkschaften)

En Allemagne les syndicats sont puissants. Ils font presque tous partie de la Confédération des syndicats allemands (DGB, Deutscher Gewerkschaftsbund) et sont organisés par branche : par exemple l’IG Metall (Industriegewerkschaft) défend les intérêts des métallurgistes.

Les grèves (der Streik) sont rares, car chaque année ont lieu des négociations tarifaires (Tarifverhandlungen) sur les salaires et les conditions de travail. La grève est seulement déclenchée quand on ne trouve pas de compromis. L’État n’intervient pratiquement jamais.

Les salariés (der Arbeitnehmer) discutent avec le patronat regroupé au sein du Arbeitgeberverband (équivalent du Medef). Les syndicats sont si puissants qu’ils peuvent payer les jours de grève.

Les ouvriers allemands travaillent, dans plusieurs branches, 35 heures par semaine.

Les fonctionnaires (die Beamten) n’ont pas le droit de grève. Un syndicat (der Beamtenbund) les représente.

Le chômage (die Arbeitslosigkeit) représente 6,6 % de la population active.

Les Églises (die Kirchen)

Environ 34% de la population est catholique (katholisch), 34% protestante (evangelisch).

Le Sud (excepté le Wurtemberg) et la Rhénanie sont en majorité catholiques ; le Nord plutôt protestant.

L’Église et l’État ne sont pas séparés, si bien que les curés et les pasteurs sont payés par les contribuables (Kirchensteuer). Ces dernières années, beaucoup de citoyens quittent l’Église pour des raisons financières (ou idéologiques).

À l’école est dispensé un enseignement religieux (Religionsunterricht). Si l’on n’est pas croyant, on est inscrit à un cours d’éthique.

Les musulmans sont une minorité (3,7%). On les trouve surtout dans les grands centres industriels et les grandes villes comme Berlin, où résident beaucoup de Turcs.

Les Verts et l’environnement (die Grünen und die Umwelt)

La plupart des Allemands sont conscients des problèmes d’environnement. Les Verts ont joué un grand rôle dans cette prise de conscience. Ils ont été les premiers à organiser le tri sélectif des ordures (der Müll wird sortiert) : on voit partout aujourd’hui des poubelles sélectives pour le papier, le verre, le métal, le plastique, etc.

Les Verts ont lutté pour le désarmement (die Abrüstung) et se sont opposés aux centrales nucléaires. C’est pourquoi l’Allemagne a très peu de centrales nucléaires et aucune usine de retraitement des déchets nucléaires. L’Allemagne veut sortir du nucléaire d’ici 10 ans. Elle développe les énergies renouvelables (erneuerbare Energien), notamment les éoliennes en Allemagne du Nord.

La lutte contre la pollution de l’eau et de l’air (Luft- und Wasserverschmutzung) fait également partie du programme des Verts. Ils essaient de limiter les dégâts causés aux forêts, ont fait adopter par l’Europe l’essence sans plomb (bleifreies Benzin) et le catalysateur (Katalysator). Ils ont obtenu des lois qui obligent les industriels à adopter des normes plus strictes pour les gaz et les eaux usées (station d’épuration : Kläranlage). Ils se soucient également de la qualité de l’eau dans les rivières et dans la mer.