Réalisme, naturalisme, Parnasse, symbolisme

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re ES - 1re L - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Réalisme, naturalisme, Parnasse, symbolisme

FB_Bac_98608_Fra1_TT_008

8

27

2

Le XIXe siècle connaît un assez grand nombre de mouvements littéraires, les principaux sont le réalisme, le naturalisme, le Parnasse et le symbolisme.

1Le réalisme

 Dans les années 1850 s’affirme le réalisme en réaction au romantisme.

 Le réalisme est la « reproduction exacte, complète, sincère du milieu où l’on vit, parce qu’une telle direction d’études est justifiée par la raison, les besoins de l’intelligence et l’intérêt du public, et qu’elle est exempte de mensonges, de toute tricherie. » (Champfleury)

APrincipales caractéristiques

 Le réalisme se caractérise par un sujet contemporain de l’écriture, qui relève du banal. Il décrit la vie telle qu’elle est, sans chercher à l’idéaliser. La vie quotidienne devient un objet littéraire.

 Les personnages peuvent appartenir aux « basses classes ».

BHéros et tableau social

 Attention, des auteurs comme Balzac et Stendhal appartiennent aussi bien au réalisme qu’au romantisme. La Peau de chagrin appartient à la période romantique de Balzac ; La Comédie humaine, du même auteur, relève d’une entreprise réaliste. Mais ce tableau de la société moderne de 1800 à 1850 peut présenter des héros romantiques.

 De même, Stendhal emprunte une démarche réaliste lorsqu’il écrit que le « roman est un miroir que l’on promène le long d’un chemin », mais ses héros ont bien souvent le caractère du héros romantique. Ce qui ne sera plus le cas du naturalisme

2Naturalisme

Dans les années 1870-1885, le réalisme est poussé jusqu’au bout, c’est le naturalisme.

APrincipales caractéristiques

 La révolution industrielle est en cours, et on s’intéresse à une nouvelle classe qui n’avait jusque-là pas été l’objet de la littérature, les ouvriers.

 L’esthétique est la même que celle du réalisme, mais, en plus, l’homme est considéré comme déterminé par son milieu social. L’écriture est soutenue par un gros travail de documentation.

BLe roman naturaliste

 Le romancier Zola, chef de file des naturalistes, se réclame d’une démarche scientifique et expérimentale ; il l’explicite dans un essai Le Roman expérimental. Maupassant définit sa conception du roman dans la préface de Pierre et Jean et expose les difficultés d’une écriture qui veut faire voir la vie.


citation « Faire vrai consiste donc à donner l’illusion complète du vrai, suivant la logique ordinaire des faits, et non à les transcrire servilement… » G. de Maupassant, 1887

 Si le théâtre en subit un peu l’influence (>fiche15), c’est essentiellement dans le roman que le naturalisme se déploie.

3Le Parnasse

Ce mouvement s’étend sur toute la seconde partie du siècle, avec un point fort en 1866-1876. Il touche essentiellement la poésie(>fiche34). Revendiquant « l’art pour l’art », il s’oppose à l’utilitarisme du réalisme et au lyrisme du romantisme.

4Le symbolisme

 En 1886 paraît Le Manifeste du symbolisme. Comme le Parnasse, ce mouvement touche essentiellement la poésie. Comme lui, il refuse le naturalisme. Contrairement à lui, il veut libérer le vers de son formalisme. Il veut lui redonner du sens.

 Comme son nom l’indique, le symbolisme instaure l’univers du symbole, il suggère plus qu’il ne nomme. L’hermétisme en est parfois la conséquence.

 Mallarmé est considéré comme son chef de file. Baudelaire, Verlaine, Rimbaud font figure de précurseurs (>fiche34).

Conclure

Réalisme et naturalisme partagent une même conception du roman. Le Parnasse et le symbolisme s’en démarquent chacun à sa manière. Ces quatre mouvements du XIXe siècle revendiquent leur identité, explicitent leurs intentions, en cela ils sont relativement faciles à distinguer.

>>