Risques et vulnérabilité des populations

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Gérer les espaces terrestres
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Risques et vulnérabilité des populations

FB_Bac_98613_Hge2_TT_053

53

111

3

Les populations sont-elles égales face aux risques naturels ?

1Qu’est-ce qu’une population vulnérable ?

 La vulnérabilité des populations est leur degré de fragilité face aux risques. La pauvreté accroît la vulnérabilité.

 L’analyse de la vulnérabilité des populations est utilisée par de nombreuses organisations internationales. Ainsi pour la Nouvelle-Orléans : sa vulnérabilité avait été analysée lors des inondations dues à l’ouragan Betsy en 1965 et une simulation (effectuée à la fin des années 1990) montrait la destruction virtuelle de la ville par un cyclone de catégorie 4 (160 km2 de superficie urbaine noyée).

 Toutefois, faute de finances pour entretenir les digues, les conséquences de l’ouragan Katrina (catégorie 4) ont été dramatiques.

2L’inégale vulnérabilité des populations

ALa distribution géographique de la vulnérabilité

 Les zones tropicales et les pays situés en bordure des plaques tectoniques concentrent plusieurs risques naturels (cyclones, séismes, volcans). Ainsi, les tsunamis sont fréquents dans les régions d’Asie du Sud-Est, dans les zones à forte activité volcanique.

 La forte densité de population des zones côtières augmente la vulnérabilité des populations, en raison de leur exposition aux cyclones et aux tempêtes, aux inondations saisonnières et aux glissements de terrains.

 Certains littoraux, États insulaires et villes côtières sont menacés d’engloutissement en cas d’une hausse du niveau de la mer supérieure à 50 cm (>dépliant,XIetXII).

 L’urbanisation croissante est un facteur aggravant de la vulnérabilité des populations.

BVulnérabilité contenue des pays riches

 Les bâtiments construits selon des règles parasismiques résistent mieux aux tremblements de terre.

 Les pays riches et les pays pauvres n’ont pas les mêmes remboursements face aux catastrophes : au Nord, les entreprises et les particuliers sont assurés contre la plupart des risques. Les systèmes de santé sont plus développés.

 Les installations industrielles sont modernisées.

CVulnérabilité accrue des pays pauvres

 Dans les pays du Sud, les gouvernements et la majeure partie de la population n’ont pas les moyens de se prémunir contre les risques naturels.

 Les habitants les plus pauvres s’installent sur les terres les moins sûres (zones inondables, glissements de terrains).

 L’habitat inadapté est aussi un facteur de vulnérabilité (bidonville).

 Le retard technologique et le faible niveau d’instruction sont d’autres causes de la vulnérabilité des pays pauvres.


infos Séisme et tsunami à Sumatra (Indonésie), 2004, 220 000 morts.

Séisme à Haïti, 2010, 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,5 million de sans-abri.

 Les catastrophes naturelles font davantage de victimes dans les pays en développement (95 % des morts) que dans les pays développés. Ainsi, en 1992, l’ouragan Andrew, particulièrement dévastateur (catégorie 5), a fait un peu moins de 100 morts aux États-Unis. En revanche, l’ouragan Mitch (de catégorie 5 lui aussi) a fait, en 1998, plus de 100 000 victimes en Amérique centrale.

3La vulnérabilité, un obstacle au développement durable

Les catastrophes sont des facteurs d’appauvrissement des pays du Sud. Les pertes humaines et les dégâts matériels causés par les catastrophes naturelles sont un obstacle majeur au développement durable car leurs conséquences sont particulièrement dramatiques sur les infrastructures sociales et économiques : augmentation du nombre de sans-abri, eau polluée, épidémies…

Conclure

Les populations sont inégales face aux risques. La pauvreté accroît la vulnérabilité des populations. De même, les catastrophes sont un frein au développement durable.

>>