Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1945

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ES - Tle L | Thème(s) : Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1945

FB_Bac_98611_HisT_LES_010

10

27

3

(>dépliant,IàIII)

Quels sont les différents types de participation au pouvoir des socialistes et des communistes en Allemagne depuis 1945 ?

1L’expérience d’un État socialiste en RDA

AUn pouvoir d’inspiration soviétique

 En avril 1946, dans la zone d’occupation soviétique, le kpd et le spd fusionnent pour former le sed (parti socialiste unifié). Puis, le 7 octobre 1949, la République démocratique allemande (rda) est créée sur le modèle soviétique.

 La vie politique est régie par un parti unique (lesed) qui dirige l’État et encadre la société. Il est secondé par une police politique, la Stasi, qui surveille étroitement la population.

 La planification de l’économie est adoptée. Elle donne priorité à l’industrie lourde au détriment des biens de consommation, tandis que l’agriculture est collectivisée.

BUne contestation précoce et durable

 Dès juin 1953, un mouvement insurrectionnel éclate à Berlin-Est et se propage dans la plupart des villes, réclamant des élections libres et la fin du régime communiste. Le retour à l’ordre est assuré par les chars soviétiques et par la Stasi.

 La fuite à l’Ouest est un autre moyen de manifester son opposition. Les autorités réagissent en bouclant les frontières, puis en construisant le mur de Berlin en août 1961.

 Au cours des années 1980, l’écho des réformes de Gorbatchev en urss (glasnost et perestroïka) stimule la combativité des Allemands de l’Est. Le 9 novembre 1989, ils réussissent à faire tomber le mur de Berlin.

2L’intégration du SPD et des syndicats au système libéral de la RFA

ADes réalisations sociales

 La République fédérale d’Allemagne (rfa) est créée en mai 1949 par la réunion des trois zones d’occupation occidentales.

 La vie politique est régie par la Loi fondamentale. L’unité syndicale est assurée par le dgb (seize syndicats organisés par branches industrielles) : la négociation avec le patronat doit assurer la paix sociale dans le cadre d’une « économie sociale de marché ».

 Ce mode de fonctionnement s’appuie sur le système de la cogestion (lois de 1951 et 1976) qui permet aux représentants syndicaux de participer aux décisions de l’entreprise.

BLe SPD, de l’opposition à l’exercice du pouvoir

 Relégué dans l’opposition, le spd adopte un nouveau programme lors du congrès de Bad Godesberg (1959) : il abandonne la référence au marxisme, et reconnaît l’économie de marché et l’ancrage à l’Ouest.

 Le spd revient au pouvoir après les élections d’octobre 1969 : le chancelier Willy Brandt, à la tête de la coalition socialiste-libérale (spd-fdp), mène une politique d’alternance (ouverture à l’Est, plus de démocratie à l’intérieur).

 À la même époque, on observe l’émergence de mouvements d’extrême gauche et de la mouvance écologiste, qui se structure autour du parti des Verts (Die Grünen).

3Le devenir du socialisme et du syndicalisme dans l’Allemagne réunifiée

 Généralisant le système ouest-allemand à l’ex-rda, la réunification se traduit par le démantèlement du système de protection sociale hérité du régime communiste.

 Le spd est à nouveau au pouvoir de 1998 à 2009, d’abord avec les Verts puis dans une « grande coalition » avec la cdu (Union chrétienne-démocrate). L’accession au pouvoir de la cdu coïncide avec l’élection en 2005 de la chancelière fédérale Angela Merkel et ses trois mandats successifs (2005 à nos jours).

 En 2007, un nouveau parti plus à gauche que le spd se crée : die Linke (« la Gauche »).

Conclure

Depuis 1990, l’échec de l’État socialiste en RDA a consacré la solution libérale, qui reconnaît le rôle essentiel des partis et des syndicats dans le fonctionnement de la démocratie.

>>