Stendhal, Le Rouge et le Noir

Merci !

Fiches
Classe(s) : 1re Générale | Thème(s) : Stendhal, Le Rouge et le Noir – Le personnage de roman, esthétiques et valeurs
 

Parcours : Le personnage de roman, esthétiques et valeurs

Au xixe siècle, le roman, en plein essor, s’impose comme le genre le mieux à même de dépeindre la complexité du monde et de l’individu. Incompris en son temps, Le Rouge et le Noir tend un miroir cinglant de la Restauration et nous place sur les pas d’un héros ambigu.

I Connaître l’œuvre

1 L’auteur et le contexte

Stendhal naît dans une famille bourgeoise et royaliste. Il amorce une carrière militaire avant de se tourner vers l’écriture.

Essayiste et romancier, Stendhal connaît des débuts difficiles, entre réalisme et romantisme. Le Rouge et le Noir est son premier grand roman, au confluent du roman d’initiation, du roman d’analyse et du roman historique.

2 Résumé de l’œuvre

mot clé

La Restauration (1814-1830) correspond au retour de la monarchie française, après la chute de l’Empire napoléonien.

L’intrigue se déroule sous la Restauration. Julien Sorel, fils de charpentier, se destine à une carrière ecclésiastique. Devenu précepteur des enfants de M. de Rênal, il séduit bientôt sa femme. Leur liaison éventée, Julien doit quitter la ville.

Il rentre au séminaire de Besançon, où il découvre la médiocrité des religieux. La protection de l’abbé Pirard lui permet d’être engagé à Paris comme secrétaire du marquis de la Mole : il découvre la haute société. Il amorce une relation secrète et tumultueuse avec Mathilde, la romanesque fille du marquis.

Alors qu’il touche aux plus hautes fonctions, Mme de Rênal dénonce Julien : elle le décrit comme un ambitieux, dangereux et hypocrite. Julien blesse Mme de Rênal au pistolet ; emprisonné, il s’aperçoit qu’il aime toujours cette femme. Il meurt guillotiné ; Mme de Rênal succombe quelques jours plus tard.

II Comprendre le parcours

1 Représenter la société telle qu’elle est : « la vérité, l’âpre vérité »

Sous-titré « Chronique de 1830 » et inspiré de faits divers, Le Rouge et le Noir s’inscrit dans les débuts du mouvement réaliste.

Un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l’azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route.

Stendhal, Le Rouge et le Noir, II, 19

Le roman reflète la société, y compris dans ses détails les plus triviaux.

Le Rouge et le Noir condamne la société mesquine de la Restauration. Partout règnent la corruption, l’ennui, la cupidité, l’hypocrisie et l’égoïsme.

À NOTER

Le réalisme de Stendhal est subjectif : le lecteur ne voit souvent que ce que perçoit le personnage et épouse alors sa perception du réel.

Le narrateur raille l’« asphyxie morale » de cette société à travers des portraits moqueurs et des pointes ironiques. Le recours au point de vue interne donne à voir le monde à travers la conscience des personnages.

2 Un roman d’initiation : de la charpente à l’échafaud

Très apprécié au xixe siècle, le roman d’initiation présente le parcours d’un personnage jeune et naïf qui découvre le monde, souvent au prix de désillusions qui le font mûrir. Dans Le Père Goriot de Balzac, Rastignac apprend comment réussir à Paris. Julien Sorel est confronté aux ressorts secrets de la politique.

Julien souffre d’un écart entre sa place dans la société et sa force d’âme. En trois ans, il prend sa revanche grâce à ses amours tourmentées avec des femmes socialement supérieures à lui. Observant la toute-puissance de la religion, c’est par elle, plutôt que par les armes, qu’il envisage de faire carrière.

Calculateur et orgueilleux, Julien cache aussi une âme passionnée et sensible qui touche le lecteur. Emprisonné au seuil de son triomphe, il devient un autre homme en comprenant que sa « noire ambition » l’a égaré : c’est dans l’amour pour Mme de Rênal qu’il aurait pu s’accomplir.

Julien est décrit comme « l’homme malheureux en guerre contre toute la société ». Dans Bel-Ami de Maupassant, Georges Duroy, parti de rien et de plus en plus cynique, triomphe. Étienne Lantier, héros du Germinal de Zola, tâche d’organiser la lutte des mineurs pour obtenir un avenir meilleur.