Sujet d'étude n°1 : de Youri Gagarine à la guerre des étoiles

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ST2S - Tle STI2D - Tle STL - Tle STMG | Thème(s) : Le monde de 1945 à nos jours

La guerre froide engendre une compétition spatiale entre l’URSS et les États-Unis. La course à l’espace semble dans un premier temps remportée par l’URSS qui envoie le premier satellite artificiel dans l’espace, Spoutnik 1, le 4 octobre 1957. Un mois plus tard, les Soviétiques mettent en orbite la chienne Laïka. Ce double événement astronautique convainc la puissance américaine de rattraper son retard. Elle parvient dès 1958 (année de naissance de la NASA) à envoyer dans l’espace le premier satellite de communication.

Définition

NASA (National Aeronautics and Space Administration) : agence gouvernementale en charge du programme spatial civil des États-Unis et de la recherche aéronautique.

La compétition gagne en intensité en 1961. Le soviétique Youri Gagarine réalise le premier vol spatial habité. Il devient un héros national et le symbole de l’avancée technologique soviétique. Du côté étatsunien, le programme Apollo se fixe pour mission d’emmener des hommes sur la surface de la lune. L’objectif est atteint le 20 juillet 1969. Ce premier alunissage est un événement mondial très largement relayé par les médias et bien préparé par les membres d’équipage comme Neil Armstrong qui pose le module lunaire. La compétition se poursuit dans l’envoi de sondes spatiales, dans l’élaboration d’outils astronomiques et dans l’exploration du système solaire. Dans le cadre de la Détente (amélioration des relations américano-soviétiques de 1962 à 1979), cette course se meut en une collaboration scientifique à partir de 1975.

#vidéo

La conquête spatiale

foucherconnect.fr/20pbterst2s65

15839_P5_HG_C02_IM6_HD

Capsule Apollo

La compétition spatiale n’échappe pas à la logique militaire. La rivalité américano-soviétique aboutit sous la présidence de Ronald Reagan en 1983-1984 au projet « guerre des étoiles ». L’Initiative de défense stratégique (IDS) consiste à élaborer un bouclier spatial antinucléaire dans le contexte de crise des euromissiles. Les moyens technologiques et financiers réclamés par un tel projet le rendent irréalisable. Par ce biais, les États-Unis parviennent cependant à exercer sur l’URSS une pression qui contribue à sa chute en 1991.

L’espace figure donc comme l’un des terrains de guerre visés par le complexe militaro-industriel des États-Unis. L’ambition de maîtriser et de sécuriser le cosmos se retrouve aux États-Unis. En août 2019, le président Trump officialise le commandement militaire de l’espace pour devancer les ambitions russe et chinoise. Le « Spacecom » devient le 11e commandement militaire du Pentagone. La course à l’espace se militarise et n’est pas près de s’arrêter.