Sujet d'étude n°1 : la guerre d'anéantissement à l'Est et le génocide des Juifs

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle ST2S - Tle STI2D - Tle STL - Tle STMG | Thème(s) : L'affirmation des totalitarismes et la guerre

A Le front de l’Est : une guerre entre régimes totalitaires

À partir du 22 juin 1941, Hitler ouvre un nouveau front ; il lance l’opération « Barbarossa » qui consiste à envahir l’URSS de Staline, pourtant son allié depuis août 1939. Les moyens mis en place sont considérables : 3,8 millions d’hommes, 4 300 chars, 4 380 avions et 47 000 canons. Cette force militaire représente les trois quarts du potentiel militaire allemand.

À savoir

Barbarossa est un nom de code qui désigne l’ancien empereur allemand Frédéric Barberousse.

Hitler a plusieurs objectifs : combattre le communisme haï par le nazisme, récupérer les ressources agricoles, pétrolières et industrielles de l’URSS, étendre l’espace vital allemand (Lebensraum) au nom de la prétendue supériorité aryenne et au détriment des « sous-hommes slaves ».

L’avancée allemande engendre une succession de batailles de grande ampleur à Smolensk, à Kiev puis à Moscou, à Leningrad et à Stalingrad. Ce retournement fait basculer l’URSS dans la guerre totale. Cette invasion spectaculaire l’oblige à entamer une guerre de libération.

B Une conquête qui étend vers l’Est la logique génocidaire nazie

Les conquêtes territoriales allemandes en URSS aboutissent à la première phase d’extermination massive des Juifs et des Roms d’Europe. Quatre unités de tueries mobiles constituées de Waffen SS et de policiers allemands se chargent de la « Shoah par balles » à l’arrière du front. Des collaborateurs ukrainiens aident les Einsatzgruppen à assassiner 1,5 million de personnes dont les corps sont enfouis dans au moins 500 fosses communes.

#vidéo

Les Einsatzgruppen, la Shoah par balles

foucherconnect.fr/20pbterst2s60

La propagande nazie parvient à convaincre certains Ukrainiens de procéder à des pogroms. Les groupes d’intervention allemands exécutent systématiquement les partisans, les prisonniers de guerre et les membres du parti communiste. La lutte contre le soi-disant « judéo-bolchevisme » justifie le crime de masse et la violation des lois de la guerre. Le conflit germano-soviétique inaugure en Europe la stratégie génocidaire du fanatisme nazi.

Définitions

Waffen SS : armée raciale et politique au service du nazisme.

Pogrom : terme russe qui désigne un massacre de personnes juives.

Judéo-bolchevisme : expression de l’extrême-droite qui exprime à la fois l’antisémitisme et la haine du communisme soviétique.