Transport et mobilités urbaines

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Aménager la ville
Corpus - | Corpus - 1 Fiche
 
Transport et mobilités urbaines

FB_Bac_98613_Hge2_TT_044

44

95

2

Les besoins de mobilité sont inégalement comblés mais s’orientent dans les pays du Nord vers des choix durables.

1Le transport urbain dans le monde

ALa ville et son espace

Chaque ville est en relation constante avec l’espace qui l’entoure. La superficie de son aire d’influence dépend de l’importance et de la variété des services qu’elle propose.

BD’importantes inégalités en matière de déplacement

 Une partie non négligeable des pays du Sud ne dispose pas de routes utilisables en permanence ni de réseaux ferroviaires exploités de façon continue.

 Le niveau de vie des populations du Sud ne leur permet pas toujours d’accéder à des territoires éloignés.

 Avec la hausse du prix des carburants, les inégalités entre les populations riches et pauvres vont s’accroître.

CLa grande mobilité des citadins

 Les déplacements des citadins sont fréquents de leur lieu de résidence vers leur lieu de travail ou d’études (migrations alternantes) et vers les zones de services ou de loisirs.

 Dans tous les pays, les distances parcourues quotidiennement s’allon­gent. L’étalement urbain rejette dans des périphéries de plus en plus lointaines les populations qui ne peuvent pas se loger dans le centre.

 Toutefois, depuis une vingtaine d’années, la mobilité urbaine automobile plafonne ou baisse dans un grand nombre d’agglomérations européennes (Lille, Lyon, Londres).

2Transport et mobilité durable dans les pays du Nord

AQu’est-ce que la mobilité durable ?

 La mobilité durable doit s’appuyer sur une priorité donnée au développement des transports en commun. Cela passe par la mise en place de « sites propres » pour les bus afin de les rendre plus performants que la voiture, la construction de lignes de tramway ou de métro, le prolongement des lignes existantes…

 La mobilité durable doit aussi réduire l’impact environnemental.

BLes péages urbains, un choix politique difficile

Pour réguler les flux automobiles dans le centre-ville, plusieurs municipalités ont instauré un péage urbain.

 En 1975, Singapour a mis en place un péage de décongestion. La vignette journalière permettant de contrôler l’accès au centre d’affaires (baisse du trafic de 45 %) a été remplacée en 1998 par un péage électronique permettant de moduler les tarifs selon l’itinéraire et le moment de la journée (baisse supplémentaire de 15 %).

 Une vingtaine d’années plus tard, Londres a fait le choix d’un péage de décongestion sur une zone réduite (hypercentre : 38 km2) avec des tarifs élevés et d’un péage environnemental sur l’ensemble du Grand Londres (plus de 1 500 km2).

Milan et Stockholm se sont aussi engagés dans cette voie.

CL’intermodalité, la réponse à une mobilité durable ?

L’intermodalité est l’utilisation combinée de différents modes de déplacement pour un même voyage. Elle implique au moins l’utilisation d’un mode de transport collectif.

 Plusieurs villes françaises (Orléans, Tours) ont mis en place des parcs-relais situés à la périphérie et offrent aux usagers des billets combinés parking-bus.

 De nombreuses villes offrent la possibilité à leurs habitants de prendre les transports publics avec leur vélo.

 Des lieux d’échange autour des gares avec une zone de stationnement (voitures, bus, vélo) sont un autre aspect de la mobilité durable.

 Cette intermodalité doit s’accompagner d’un système tarifaire intégré qui permette d’utiliser un seul et même ticket pour tous les modes de transport (comme à Helsinki).

Conclure

Les politiques de transport cherchent à réduire les impacts environnementaux tout en garantissant la mobilité.

>>