Transporter l’électricité

Merci !

Fiches
Classe(s) : Tle Générale | Thème(s) : Optimisation du transport de l’électricité

Les réseaux électriques, via les lignes à haute tension, ont à la fois un rôle de transport de l’électricité vers le consommateur final et un rôle d’échange entre grandes régions et entre pays.

I Les lignes, voies de transport de l’électricité

Pour pouvoir circuler entre une source (centrale électrique) et une ou des charges (utilisateurs), le courant électrique a besoin d’un circuit fermé. Une ligne électrique doit donc être constituée d’au moins deux câbles conducteurs. Toutefois, pour faciliter la production et optimiser le poids des lignes, on utilise le plus souvent un système de tensions et de courants alternatifs triphasés, c’est-à-dire possédant trois conducteurs ou trois groupes de câbles conducteurs par circuit.

Doc 1 Transport de l’électricité en triphasé

06465_C07_01

La tension de la ligne est la tension électrique efficace U présente entre les câbles conducteurs.

La tension U se mesure en volts (symbole : V).

Pour un bon fonctionnement du réseau, cette tension, imposée par la source en amont, doit avoir une valeur quasiment constante, quelle que soit la puissance transportée par la ligne. En France, les lignes à haute tension ont une tension comprise entre 63 000 et 400 000 V.

MOTS CLÉS

La tension est la différence de potentiel électrique entre deux points d’un circuit, permettant de mettre en mouvement les électrons.

L’intensité correspond au flux (au débit) d’électrons dans le circuit.

L’intensité efficace du courant électrique I parcourant chaque conducteur est déterminée par la consommation des utilisateurs en aval. Contrairement à la tension U, l’intensité I est donc, à priori, variable.

L’intensité I se mesure en ampères (symbole : A).

La puissance électrique se mesure en watts (symbole : W).

La puissance P transportée par une ligne électrique aérienne est fonction de la tension U et de l’intensité I :

dans le cas d’une ligne monophasée (2 câbles), P=U×I ;

dans le cas d’une ligne triphasée (3 câbles), P=U×I×3.

II Les réseaux en France métropolitaine

Le réseau électrique français de métropole est architecturé selon deux niveaux :

le réseau de transport, dont le rôle est d’acheminer la production des grandes centrales vers les grands centres urbains, d’interconnecter les régions et de permettre les échanges avec les pays limitrophes ;

le réseau de distribution, dont le rôle est d’amener l’électricité à l’échelle locale vers chaque utilisateur final.

Le réseau de transport français est constitué de plus de 100 000 km de lignes à très haute tension (400 kV, 225 kV, 90 kV et 63 kV), qui permettent d’acheminer de grandes puissances sur de longues distances avec des pertes minimales.

Doc 2 Réseau de grand transport en France

06465_C07_02

À noteR

Dans certains pays où l’électricité est transportée sur de très longues distances, on peut trouver des lignes à 800 000 V, voire à 1 100 000 V.

Il comprend également plus de 2 700 postes électriques, dont le rôle est d’aiguiller la puissance sur le réseau en fonction de la production et des besoins, et de convertir la tension d’une valeur à une autre entre deux lignes si nécessaire.

Le réseau de transport français est développé, entretenu et opéré par un gestionnaire unique : RTE (Réseau de transport d’électricité).

Le réseau de distribution est constitué de plus de 600 000 km de lignes à moyenne tension (20 kV), de plus de 700 000 km de lignes à basse tension (230/400 V), et de plus de 700 000 postes de distribution.

Le réseau de distribution appartient aux collectivités locales. Il est opéré pour très grande partie par Enedis.

Zoom

Une liaison France-Irlande à l’horizon 2026

« Celtic Interconnector » est un projet de ligne électrique sous-marine entre la France et l’Irlande.

D’une capacité d’échange de 700 MW, cette première liaison entre l’Irlande et le continent européen présente un caractère particulièrement stratégique pour l’île dans le contexte du Brexit.

06465_C07_03