Trois poètes surréalistes : Éluard, Aragon, Desnos

Merci !

Fiches
Classe(s) : 2de - 1re L - 1re ES - 1re S - 1re STI2D - 1re STMG - 1re ST2S - 1re STL | Thème(s) : Les mouvements littéraires
Corpus Corpus 1
Trois poètes surréalistes : Éluard, Aragon, Desnos

FB_Bac_99066_Lit1_F75

75

145

6

Les poètes surréalistes sont aussi engagés politiquement. Durant l’Occupation, ils mettent leur poésie au service de la Résistance.

1 Paul Éluard (1895-1952) : amour et Liberté

Paul Éluard (pseudonyme d’Eugène Grindel) participe aux débuts du surréalisme aux côtés d’André Breton. En 1936, il quitte le mouvement et s’oriente vers un militantisme actif : lutte contre le franquisme en Espagne, adhésion au Parti communiste, participation à la Résistance.

Poésie et Vérité (1942) contient le poème « Liberté », parachuté par la Royal Air Force sur les pays occupés ; Au rendez-vous allemand (1944) évoque les drames de la patrie meurtrie.

Sur mes cahiers d’écolier / Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable sur la neige / J’écris ton nom

« Liberté », Poésie et Vérité, © Éditions de Minuit

 Trois femmes inspirent sa poésie amoureuse : Gala, qui le quitte pour Salvador Dalí ; Nusch, dont la mort subite, en 1946, le bouleverse ; Dominique, qui le fait renaître à l’amour.

Capitale de la douleur (1926), L’Amour, la poésie (1929) témoignent de l’amour et des souffrances vécues avec Gala.

Le temps déborde (1947) est écrit après la mort de Nusch.

J’étais si près de toi que j’ai froid près des autres

« Ma morte vivante », Le temps déborde, © Éditions Seghers

Le Phénix (1951) est dédié à Dominique et célèbre l’amour renaissant.

L’essentiel sur…

la poésie d’Éluard

  • Une poésie de combat et un renouvellement du lyrisme amoureux par la liberté des images.
  • Un hymne à la femme, solaire et lumineuse, qui permet au poète de renaître à la vie et au monde.

2 Louis Aragon (1897-1982) : amour et Résistance

Poète, romancier (>fiche85), Aragon est l’un des fondateurs du surréalisme avec Breton. En 1927, il adhère au Parti communiste puis rencontre Elsa Triolet, sa compagne. En 1930, son engagement politique l’éloigne du surréalisme. Pendant l’Occupation, il rejoint la Résistance.

 Dans ses recueils Cantique à Elsa (1942), Les Yeux d’Elsa (1942), La Diane française (1946), Le Roman inachevé (1956), Le Fou d’Elsa (1963), le lyrisme amoureux se mêle à l’évocation de la France meurtrie par la guerre.

info À l’occasion de l’exécution des membres du réseau Manouchian, la propagande allemande placarde à Paris 15 000 affiches rouges, assimilant la Résistance à une entreprise terroriste conduite par les juifs et les étrangers.

 Les « Strophes pour se souvenir » sont dédiées au poète arménien Missak Manouchian, à la tête d’un très actif réseau de résistance en France, et à ses vingt-trois camarades (pour la plupart étrangers et juifs) fusillés en février 1944. Le poème a été mis en musique par Léo Ferré sous le titre « L’Affiche rouge ».

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent

Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps

« Strophes pour se souvenir », Le Roman inachevé, © Éditions Gallimard

3 Robert Desnos (1900-1945) : fantaisie et gravité

Desnos participe au surréalisme puis entre dans la Résistance. Il meurt au camp de concentration de Térézin, le 8 juin 1945.

 Le recueil Corps et Biens (1930) témoigne de la passion du poète pour les jeux de mots et l’écriture automatique.

« Ce cœur qui haïssait la guerre » est un poème paru clandestinement aux Éditions de Minuit en 1943.

Ce cœur qui haïssait la guerre voilà qu’il bat pour le combat

et la bataille

Destinée arbitraire, © Éditions Gallimard