Autour de la classification

Merci !

Exercices
Classe(s) : 2de | Thème(s) : Les éléments chimiques présents dans l'Univers

Répondre aux questions suivantes à l’aide des documents ci-après.

1. Georges Charpak est connu du grand public depuis 1992.

Pour quelle raison ?

2. Le mot « régularité » est employé à deux reprises dans le texte de Georges Charpak.

Par quel autre terme pourrait-il être remplacé ?

3. a. De quel modèle est-il question dans l’extrait suivant du Doc. 2 :
« la façon dont les électrons s’installent sur des étages à des niveaux de liaison différents autour des noyaux en couches successives ? »

b. Préciser la signification de la fin du Doc. 2 :

« jamais plus d’un nombre défini d’électrons dans une couche. »

4. Quelle est la principale différence d’ordonnancement des éléments entre la classification de 1869 (Doc. 1) et celle d’aujourd’hui ?

(Voir la classification actuelle à la fin du livre.)

5. Dans le Doc. 2, il est question d’« atome manquant, de case vide ».

Quels sont, dans l’extrait de la classification de 1869 du Doc. 1, les éléments manquants que Mendeleïev avait lui-même repérés par un point d’interrogation ?

6. Les éléments lithium, sodium et potassium sont-ils bien rangés les uns par rapport aux autres dans la classification de 1869 ?

Expliquer.

7. Même question pour le béryllium, le magnésium et le calcium.

Doc. 1. Extrait de la classification de Dimitri Mendeleïev (1869)

Doc. 2. Extrait de La Vie à fil tendu de Georges Charpak et Dominique Saudinos © Éditions Odile Jacob (1993)

Il y a cent vingt ans, un Russe génial, Mendeleïev, avait trouvé de curieuses régularités en classant les atomes connus dans la nature en fonction de leurs propriétés chimiques et de leur masse.

Ces régularités étaient tellement frappantes que lorsqu’un atome manquait dans une case du tableau, fait de lignes et de colonnes, des chimistes habiles finissaient, guidés par les propriétés que l’on pouvait deviner à partir de la position de la case vide, par trouver l’atome manquant.

L’intuition géniale devait s’éclairer plus tard, lorsque fut comprise la façon dont les électrons s’installent sur des étages à des niveaux de liaison différents autour des noyaux en couches successives ne comportant jamais plus d’un nombre défini d’électrons dans une couche.