Exercice corrigé Ancien programme

«  de louloup à  toutou   »


« Mais un même gène peut exister sous moult variantes qu'on appelle des allèles. Tout l'art de l'éleveur sera donc de croiser les chiens qui ont les allèles « poils longs » pour tous les gènes impliqués dans le déterminisme de la longueur de la toison. Avec ce même principe, il peut aussi jouer sur la taille, la forme du museau ou des oreilles etc. Mais au fait, d'où sortent ces allèles ? Étaient-ils déjà présents chez l'ancêtre loup ? […]

Dans une meute, certains individus avaient sans doute le poil un … poil plus long que d'autres. Mais comme rien ne les obligeait à se reproduire entre eux, ce caractère n'était pas amplifié au fil des générations. Si on est arrivé à une telle diversité de chiens, c'est justement parce que les chiens primitifs possédaient pour de très nombreux gènes, une très grande variété d'allèles. […]

Si certains allèles existaient avant la domestication, d'autres sont apparus au cours de l'évolution du chien. Car de temps en temps l'ADN d'un gène se copie mal, il subit une petite modification que la cellule oublie de réparer. C'est la mutation, qui, quand elle touche une cellule reproductrice peut être transmise aux descendants. C'est ainsi que des chiots peuvent se retrouver avec un allèle inédit. Et si cette nouveauté se traduit dans l'apparence par un poil bouclé par exemple, les éleveurs sautent sur l'occasion pour créer une variété canine en faisant se reproduire entre eux ces toutous atypiques. »

« Nos gènes : toutes les bases pour comprendre leurs pouvoirs »,
Science & Vie Junior, dossier hors-série n° 70, octobre 2007.

1. D'après le texte, quelle caractéristique l'Homme a-t-il exploité lorsqu'il a domestiqué les chiens et créé les races. Qu'appelle-t-on une « race » ?

2. En vous inspirant du schéma suivant (croisement décidé par un éleveur), créez et représentez un spermatozoïde et un ovule qui auraient pu donner naissance à un individu à l'origine d'une race au poil bouclé. On suppose l'existence de deux gènes intervenant dans la mise en place de ce caractère : le gène Boucle et le gène Ondule (les noms sont inventés). On positionne le gène Boucle sur la paire de chromosomes 2 et le gène Ondule sur la paire de chromosomes 25 (le caryotype des chiens et des loups comporte 38 paires de chromosomes homologues).

Doc. 12 Représentation génétique d'un croisement
entre deux chiens au poil bouclé


Ond 1 et Ond 2 sont des allèles du gène Ondule qui portent l'information « mise en place d'un poil bouclé », Ond 3 un allèle qui porte l'information « mise en place d'un poil raide ».

Bcl 1 et Bcl 3 sont des allèles du gène Boucle qui portent l'information « mise en place d'un poil raide », Bcl 4 et Bcl 2 portent l'information « mise en place d'un poil bouclé ».

Rappelez-vous que les gamètes ne possèdent que la moitié des chromosomes présents dans les autres cellules (un chromosome pour chaque paire de chromosomes homologues).

3. Quel phénomène est à l'origine de cette grande diversité au sein de l'espèce canine ?

4. Donnez deux arguments pour expliquer que les races ne peuvent exister naturellement.


 1. D'après le texte, les chiens actuels descendent des premières populations de loups. Dans l'espèce des loups, et donc dans les premières populations de chiens (loups apprivoisés), il devait exister une grande diversité d'allèles pour les gènes impliqués dans le déterminisme du tempérament, de la longueur et de l'apparence du poil, de la forme du museau, de la taille, etc. Cette diversité allélique, tout en étant visible (« dans une meute, certains individus avaient sans doute le poil un … poil plus long que d'autres ») n'était pas aussi marquée qu'elle l'est chez les races de chiens actuelles. L'Homme, en poussant les individus possédant les mêmes caractères, donc en partie les mêmes allèles, à se reproduire entre eux, a créé des races, c'est-à-dire des populations d'individus très proches génétiquement : ayant les mêmes allèles pour un grand nombre de gènes.

2. Doc. 17


Votre représentation de la cellule œuf doit contenir le maximum d'allèles à l'origine du poil bouclé pour que le futur individu ait le plus de chances possible de transmettre à son tour les allèles responsables du poil bouclé.

3. Les allèles « inédits » apparus au cours de l'évolution du loup, puis du chien sont le résultat des mutations d'allèles préexistant, c'est-à-dire d'erreurs de copies non réparées survenues dans les cellules reproductrices et donc transmises aux descendants.

Si vous avez oublié de préciser que ces mutations doivent avoir lieu dans des cellules reproductrices, c'est gênant. En effet la diversité allélique au sein d'une espèce ne peut exister que si des mutations héréditaires surviennent dans la lignée des cellules germinales.

4. Premier argument : des mutations différentes surviennent naturellement en permanence et au hasard au cours du temps dans les cellules reproductrices des individus constitutifs des populations d'une espèce, ce qui crée en permanence de la diversité.

Deuxième argument : les individus se croisent au hasard, ce qui mélange les différents allèles présents dans une population et empêche la création de races, seuls les croisements sélectionnés peuvent créer des regroupements d'allèles au sein de populations d'individus.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner