Exercice corrigé Ancien programme

Étude de deux gènes chez la drosophile

On étudie chez la drosophile la transmission de deux couples d'allèles codant pour deux caractères : la couleur des yeux et la longueur des ailes. Les parents sont homozygotes pour les deux gènes étudiés.

 

 

1. Identifiez les gènes et allèles suivis.

2. Donnez les relations de dominance et de récessivité.

3. D'après les résultats du second croisement quelle est l'hypothèse sur la localisation des deux gènes suivis ? Sont-ils liés ou indépendants ?

Voir Savoir-faire, Compétence « Déterminer la position relative de deux gènes ».

4. Notez les génotypes des individus des deux croisements et démontrez votre hypothèse à l'aide de schémas des chromosomes.

 

Voir les remarques de l'exercice 4.

 

1. On note A le gène qui code pour la longueur des ailes.

Il existe sous la forme de deux allèles :

– allèle L qui détermine la présence d'ailes longues 

– allèle v qui détermine la présence d'ailes vestigiales.

On note Y le gène qui code pour la couleur des yeux.

Il existe sous la forme de deux allèles :

– allèle R qui détermine la couleur rouge 

– allèle p qui détermine la couleur pourpre.

2. Pour connaître les relations de dominance et récessivité entre allèles d'un même gène, il faut étudier le phénotype des hétérozygotes afin de savoir quel caractère s'exprime aux dépens de l'autre. On étudie donc le phénotype des F1 qui ont les deux allèles différents venant de chaque parent pour les deux gènes.

Ils ont tous des ailes longues, c'est donc le caractère dominant et on dit que l'allèle L est dominant sur v.

Ils ont tous des yeux rouges, c'est donc le caractère dominant et on dit que l'allèle R est dominant sur p.

3. Les résultats du 2e croisement ne sont pas en proportions équitables avec un quart pour chaque phénotype. Les phénotypes parentaux (ailes longues, yeux rouges et ailes vestigiales, yeux pourpres) représentent 87 % des descendants. Les gènes semblent donc être localisés sur le même chromosome car les associations d'allèles des parents se retrouvent très préférentiellement chez les descendants. Les gènes sont dits liés.

4. Phénotypes et génotypes du croisement 1

  •  Femelle, ailes longues et yeux rouges, phénotype noté [L  R] et lignée pure, donc homozygote pour les deux gènes : génotype (LR//LR).
  •  Mâle, ailes vestigiales et yeux pourpres, phénotype noté [v  p] et donc génotype (vp//vp).
  •  F1, ailes longues et yeux rouges, phénotype noté [L  R] et génotype (LR//vp) car hétérozygote pour les deux gènes.

Phénotypes et génotypes du croisement 2

  •  Femelle F1, ailes longues et yeux rouges, phénotype noté [L  R] et génotype
    (LR//vp).
  •  Mâle F1, ailes vestigiales et yeux pourpres, phénotype noté [v  p] et génotype
    (vp//vp).

Doc 17 Représentation des chromosomes lors des croisements

Conclusion. On obtient plus de descendants issus des gamètes parentaux (87 %) que de descendants issus des gamètes recombinés (13 %). Notre hypothèse est vérifiée, les gènes A et Y sont bien sur le même chromosome, donc liés.

Accéder à tous les contenus
dès 6,79€/mois

  • Les dernières annales corrigées et expliquées
  • Des fiches de cours et cours vidéo/audio
  • Des conseils et méthodes pour réussir ses examens
  • Pas de publicités
S'abonner