La parenté chez les primates

Merci !

Exercices
Classe(s) : Tle S | Thème(s) : Génétique et évolution

Montrez que les deux documents concourent à identifier le même primate comme étant le plus proche parent de l’Homme.

Voir Savoir-faire, Compétence 1.

Doc 8 État de quelques caractères anatomiques pour quatre primates

 

Caractères

Bonobo

Homme

Gorille

Gibbon

Omoplate dorsale et allongée

1

1

1

1

Fusion prénatale entre l’os central et l’os scaphoïde

1

1

1

0

Suture incisive entre le maxillaire et le prémaxillaire effacée chez l’adulte

1

1

0

0

Bassin large et court

0

1

0

0

0 : état ancestral du caractère

1 : état dérivé du caractère

(L’os scaphoïde est un os du poignet.)

On ne peut établir un lien de parenté que sur le partage d’états dérivés, ainsi un des caractères anatomiques présentés ici est inutile dans cette optique.

Doc 9 Comparaison des séquences de nucléotides du gène
de l’involucrine* chez quelques primates

Le tableau ci-après représente des valeurs exprimées en pourcentage de ressemblances entre les séquences comparées deux à deux.

*L’involucrine est une protéine présente dans les cellules de l’épiderme.

 

 

Homme

Gorille

Bonobo

Gibbon

Homme

100

88,7

94,1

85,3

Gorille

 

100

97,4

86,1

Bonobo

   

100

85,7

Gibbon

     

100

Le pourcentage de ressemblances traduit le temps qui sépare deux espèces de leur ancêtre commun : plus le pourcentage est élevé, plus cet ancêtre est proche dans le temps.

Corrigé

Il faut prendre les informations dans chaque document, faire une conclusion partielle, puis conclure en répondant à la question posée.

Données anatomiques (document 8)

Les quatre primates partagent plusieurs états dérivés :

– l’omoplate dorsale et allongée est présente chez tous ;

– bonobo, Homme et gorille partagent la fusion de l’os central et du scaphoïde ;

– bonobo et Homme partagent la suture incisive effacée chez l’adulte ;

– seul l’Homme a un bassin large et court. Ce caractère ne peut être utilisé pour mettre en évidence des liens de parenté car il n’est pas partagé par d’autres espèces.

Donc l’Homme a 3 états dérivés en commun avec le bonobo, contre 2 avec le gorille et un seul avec le gibbon. Le plus proche parent de l’Homme est le bonobo.

Données moléculaires (document 9)

Le tableau représente des valeurs exprimées en pourcentage de ressemblances entre les séquences comparées deux à deux d’une protéine (involucrine) chez les quatre espèces. L’Homme a 94,1 % de ressemblances avec le bonobo, contre 88,7 % avec le gorille et 85,3 % avec le gibbon.

Or, plus des séquences sont semblables plus les espèces qui les portent sont proches dans l’évolution. Le primate plus proche de l’Homme est donc le bonobo.

Conclusion. Les deux documents montrent que le primate plus proche parent de l’Homme est le bonobo.