Le chômage résulte-t-il de dysfonctionnements sur le marché du travail ?

Merci !

Exercices
Classe(s) : Tle STMG | Thème(s) : Le chômage résulte-t-il de dysfonctionnements sur le marché du travail ?

Exercice de synthèse

Document 1

Le taux d’activité des seniors progresse fortement

Le taux d’activité des seniors de plus de 55 ans a augmenté de 3,6 points en 2012, selon une étude du ministère du Travail. À 60 ans, 40 % des hommes et des femmes sont encore actifs, soit 20 points de plus qu’en 2003.

[…] En 2012, 47,9 % des personnes âgées de 55 à 64 ans étaient actives en France métropolitaine, 72,5 % entre 55 et 59 ans et 23,1 % entre 60 et 64 ans. 44,5 % des 55-64 ans aient un emploi et 3,4 % étaient au chômage. Une fois corrigé de l’effet de la structure démographique, le taux d’activité des seniors s’est inscrit en hausse de 3,6 points au cours de l’année 2012, à un rythme rapide, aussi bien pour les 55-59 ans que pour les 60-64 ans. Pour la Dares (service statistiques du ministère du Travail) […], cette évolution est notamment due aux réformes successives des retraites. Le phénomène touche aussi les personnes âgées de 65 à 69 ans : le taux d’activité est également observé en hausse bien que l’on n’y compte que 6 % d’actifs. […]

Par ailleurs, toujours selon la Dares, s’il est inférieur de 2,7 points à celui de l’ensemble de la population active, le taux de chômage des seniors s’est établi à 7,4 % fin 2012, en progression de 0,9 point sur un an et de 3 points depuis début 2008, comme celui de l’ensemble de la population active. Mais les seniors peinent beaucoup plus à sortir du chômage. En moyenne, sur l’année 2012, 74 % des personnes âgées de plus de 55 ans s’étant déclarées au chômage en 2011 le sont toujours un an après. Alors que ce taux n’est « que » de 64 % chez les 30-49 ans.

Fin 2012, on comptait 231 000 bénéficiaires d’un dispositif public de cessation anticipée d’activité chez les 50 à 64 ans, dont 102 000 au titre du dispositif des retraites anticipées pour carrière longue créée en 2003 et élargi en 2012.

La Tribune, 03/01/2014

Document 2

Taux de chômage selon la durée écoulée depuis la fin des études et le diplôme, de 1978 à 2012

12934_Econo_32_stdi

Champ : France métropolitaine.

Lecture : en 2012, 24,1 % des actifs diplômés du 2e cycle du secondaire ayant terminé leurs études depuis 1 à 4 ans sont au chômage.

Note : la mise en place de l’enquête emploi en continu en 2003 entraîne une rupture de série.

Source : Insee, enquêtes Emploi.

Document 3

Zone euro : 4,5 millions de chômeurs en plus si rien n’est fait

[…] Il y a actuellement 17,4 millions demandeurs d’emplois en Europe, soit un taux de chômage de 11 %, souligne l’OIT, qui s’alarme particulièrement du chômage des jeunes qui est de 22 % pour la zone mais culmine à 30 % en Italie, au Portugal et en Slovaquie et à 50 % en Espagne et en Grèce. 44 % des demandeurs d’emploi sont au chômage depuis plus d’un an. […]. « On prend de plus en plus conscience qu’une approche fondée uniquement sur l’austérité budgétaire aura une incidence sur l’emploi sans pour autant réduire de manière significative les déficits budgétaires », note l’étude. […]. L’OIT demande à « veiller à ce que les jeunes ne restent pas prisonniers d’emplois précaires » et cite comme des exemples à suivre les politiques menées dans les pays scandinaves, en Autriche, en Belgique et aux Pays-Bas. L’étude se réfère à des programmes de formation facilitant la transition école-travail ou aux « garanties-jeunes » des pays nordiques qui accompagnent les jeunes par des formations spécifiques puis par l’aide à la recherche d’un emploi. En Suède, 46 % des jeunes demandeurs d’emploi ont connu la réussite grâce à cette garantie. « Avec une stratégie de croissance centrée sur l’emploi pour la zone euro la reprise est encore envisageable à l’intérieur du cadre de la monnaie unique », affirme l’étude de l’OIT.

AFP, publié le 11-07-2012

1. Comment évolue l’emploi des seniors ?

2. Qu’est-ce qui explique la hausse du taux d’activité des 55-64 ans en France ?

3. Comment expliquer le chômage des jeunes ?

Méthode

Pour analyser des textes à caractère économique, soyez attentif aux points suivants :

les titres : ils donnent souvent l’idée principale du document ;

la fiabilité des sources : pour tenir compte de la qualité des informations utilisées ;

les dates de publication : afin d’éviter des contresens et mieux comprendre le lien entre les documents ;

les idées principales et leurs arguments : pour comprendre la logique de l’auteur.

Quant à vos connaissances, elles vous permettent d’analyser avec précision et de compléter l’information contenue dans le document dans le but de comprendre la situation présentée.

Éléments de corrigé

1. L’emploi des seniors se caractérise par une augmentation du taux d’activité des 55-64 ans : 47,9 % ont un emploi. Ce taux d’emploi diminue lorsqu’on se rapproche de la soixantaine : 23,1 %. En revanche, malgré un faible taux de chômage de 7,4 % en 2012, les seniors au chômage retrouvent difficilement un emploi : la durée du chômage est supérieure à un an.

2. La hausse du taux d’activité des plus de 55-64 ans s’explique par le recul de l’âge de départ à la retraite, ce qui a pour effet d’accroître la population active, et par la possibilité de cumuler une retraite avec une activité salariée pour une partie plus importante de la population.

3. Le chômage des jeunes s’explique par des causes conjoncturelles et structurelles. D’un point de vue conjoncturel, la crise touche tous les pays européens et il n’y a pas assez de croissance pour créer des emplois et donc diminuer le chômage de cette tranche d’âge. D’un point de vue structurel, la nature des emplois change et le recours à la formation est indispensable pour mieux accompagner les jeunes sur le marché de l’emploi, leurs qualifications étant souvent inadaptées ou insuffisantes. Or, les qualifications augmentent l’employabilité de celui qui cherche un travail, ce qui explique que les taux de chômage des diplômés sont plus faibles que celui des autres catégories (document 2). De plus, le maintien des seniors sur le marché du travail limite le nombre de postes disponibles.